Vous êtes élus à la tête d’HEC …

Il y a quelques jours, les élections de l’AEHEC finissaient, mais, rapidement, un autre processus électoral majeur prendra place : la course à la direction de l’École.

Cette fois-ci, nous parlons d’un mandat de 4 ans qui permettra à l’élu(e) de définir et d’appliquer la vision et la mission de la totalité de HEC Montréal vis-à-vis de ses parties prenantes au cours de la période 2019-2023.

Et vous ? Si vous étiez élu(e) en octobre prochain, que feriez-vous? Où voyez-vous HEC dans 5, 10 ou 20 ans?

Pour prendre vos décisions, voici un bref aperçu de ce que vous gérerez, de vos ressources, votre clientèle, votre offre, votre orientation actuelle et, finalement, de vos options.

Ce que vous gérerez

HEC Montréal a été fondée en 1907 par la Chambre de commerce de Montréal et est ainsi la plus ancienne école de gestion du Canada. À l’époque, son seul édifice était situé dans le Vieux-Montréal et l’enseignement était uniquement en français. Aujourd’hui, il y a bien sûr les édifices Decelles et CSC, mais aussi un troisième bâtiment prévu au centre-ville. On compte également 3 langues d’enseignement dont l’anglais et l’espagnol. Depuis sa création, l’École a formé plus de 87 000 diplômés.

Vos ressources

Ressources financières

En 2017, sur un budget de 165 millions de dollars, l’École a déclaré un excédent de 5,47 millions. Ses principales sources de revenus sont les subventions gouvernementales (110 millions) et les droits de scolarité (36 millions) alors que ses principales charges sont l’enseignement et la recherche (88 millions) et le soutien institutionnel (26 millions). Il est à noter que la Fondation HEC Montréal a aussi récolté pour environ 10 millions en engagements de dons en 2017.

 

Ressources humaines

Au total, HEC Montréal comptait à l’automne  2017 un personnel comportant 898 employés réguliers dont 281 professeurs réguliers et maîtres d’enseignement répartis en onze départements d’enseignement d’importances diverses (de 13 à 48 professeurs). Ceux-ci peuvent compter sur l’appui de 80 gestionnaires, 225 profes­sıonnels et 310 employés de support (bureau, technique et métiers). À cela s’ajoute aussi les chargés de cours qui sont embauchés à contrat (500 en 2017) et qui enseignent habituellement les cours de base au baccalauréat et aux certificats.

Ses ressources humaines cruciales, les professeurs et maîtres d’enseignement, ont en majorité un Ph D. (78,6%) alors que les chargés de cours ont souvent une maîtrise ou une expérience pertinente dans le domaine enseigné.

Afin d’attirer et conserver les talents ajoutant de la valeur à son offre, HEC fournit d’excellentes conditions de travail pour ses professeurs et chercheurs avec notamment une échelle salariale plus élevée que la plupart des autres institutions universitaires du Québec et compte sur sa réputation internationale qui, non seulement attire des étudiants de haut calibre, mais aussi des professeurs prometteurs dans les programmes de maîtrise et doctorat.

Ressources matérielles

Elle dispose aussi actuellement de deux édifices offrant 72 salles de cours, 84 salles d’études et de travail d’équipes, 2 amphithéâtres et 1 bibliothèque avec des installations modernes de haut niveau. Sur les plans technologique et audiovisuel, HEC a entre autres des salles de classes dotées d’une infrastructure multimédia de pointe, une salle des marchés et un système intégré de gestion pour l’ensemble des fonctions administratives.

 

Votre clientèle

La clientèle cible de HEC Montréal est principalement composée d’étudiants québécois souhaitant une formation en administration des affaires en langue française. Or, depuis son ouverture internationale, l’école vise aussi les étudiants étrangers et des cheminements bilingues et trilingues.

En 2017, l’École accueillait 13 400 étudiants dont plus de 31% provenaient de l’extérieur du Québec. Elle offrait aussi des programmes de formation destinés à environ 7000 gestionnaires locaux et internationaux. De plus, avec l’édifice prévu au centre-ville, les professionnels et cadres déjà en fonction prendront une place plus importante au sein de sa clientèle.

 

Votre offre

HEC Montréal permet d’obtenir un diplôme dans 15 spécialisations passant de la comptabilité, à la gestion des ressources humaines jusqu’à l’analytique d’affaires, et cela, en plus d’options mixtes.

Il est aussi possible d’y obtenir différents niveaux de formation avec, au premier rang en terme de popularité, le certificat (6200 étudiants), le baccalauréat (unilingue, bilingue et trilingue – 4000 étudiants), le D.E.S.S. (1300), la maîtrise (1200), le MBA (224) et enfin le doctorat (112) avec quelques autres programmes spéciaux.  Certains programmes peuvent être offerts à temps plein ou temps partiel, de soir ou de jour, en différentes langues et même en association avec McGill (EMBA).

Il est intéressant de noter que les programmes faisant la notoriété d’une école sont particulièrement les programmes de haut niveau comme la maîtrise et le doctorat (ne comptant qu’environ 10% des effectifs étudiants) et que ceux-ci sont grandement financés par les programmes plus simples, plus demandés et moins exigeants au niveau de l’expertise des professeurs et des ressources comme le baccalauréat et les certificats.

 

Avantage concurrentiel

Le prestige international recherché par la direction ajoute bien sûr de la valeur aux diplômes de HEC Montréal. Ce prestige est surtout obtenu grâce aux publications scientifiques ou professionnelles des professeurs chercheurs de l’École. Ceux-ci ont été des plus productifs au cours des 5 dernières années avec en moyenne 276 publications par année, 27 livres et 95 chapitres de livres. En outre, les accréditations internationales (EQUIS, AACSB, AMBA) attestant de la qualité de la formation, le programme de bourses (4,16 millions distribués en 2017) soutenu par la Fondation HEC Montréal, les compétitions universitaires à l’international et l’excellent taux de placement dans des emplois de qualité ajoutent aussi une importante valeur  à l’offre HEC.

 

Votre orientation actuelle

Depuis une vingtaine d’années, HEC mobilise toutes ses ressources pour se tailler une  place sur la scène internationale parmi les écoles de gestion de très haut niveau, et elle a brillamment réussi !

Avec 3 prestigieuses et rares accréditations internationales reflétant la qualité de sa formation (EQUIS, AACSB, AMBA), de grands incitatifs au niveau de son corps professoral pour produire des articles de recherche publiés dans les grandes revues scientifiques, des compétitions à envergure mondiale pour faire rayonner l’École, des partenariats internationaux avec d’autres universités et une grande promotion de ses succès, HEC Montréal souhaite atteindre et maintenir son objectif 5 – 20 – 100 :

Être parmi les 5 meilleures écoles de gestion au Canada, les 20 meilleures au monde hormis les États-Unis et les 100 meilleures tous pays confondus.

La mobilisation de ses ressources dans cette direction se manifeste notamment par le renouvellement régulier de ses accréditations, par l’accent mis sur les publications comme critère déterminant de nomination, de promotion et de récompenses (monétaires ou autres), pour ses professeurs, par ses conditions salariales avantageuses et par sa communication axée sur son rayonnement international.

 

Vos options

Avec des ressources limitées, il faut faire des arbitrages et mobiliser ses ressources dans une direction implique forcément moins d’effort dans une autre. Sachant cela, déterminer la meilleure chose à faire n’est pas chose aisée, car cela relève de jugements de valeurs.

Ainsi, par exemple, l’orientation actuelle hisse HEC Montréal de plus en plus haut dans le peloton des grandes écoles de gestion du monde et cela a des nombreuses répercussions bénéfiques comme par exemple l’augmentation de la valeur des diplômes obtenus, de meilleures perspectives d’emploi pour ses étudiants, une formation de grande qualité et même un rayonnement pour Montréal, le Québec et le Canada. Cependant, cette concentration des efforts en recherche et en publications peut aussi faire en sorte que les professeurs se focalisent davantage sur leur domaine d’expertise poussée que sur des enjeux locaux ou d’ordre plus général où leur apport et jugement critique serait bénéfique pour la société.

Ainsi, un conseil d’administration universitaire choisit normalement son orientation en variant l’accent mis sur les différents rôles attribués à l’institution universitaire.

Ces rôles sont notamment de fournir une formation de haut niveau à ses élèves dans des programmes motivants, de leur permettre de trouver des emplois attrayants tout en répondant aux besoins de la société, d’interpréter et de créer de la connaissance à travers la recherche, de favoriser l’essor de la société par un développement économique ou social, de s’impliquer et d’être une référence dans des enjeux sociétaux importants en plus d’offrir des services à la collectivité, etc.

 

Maintenant, c’est à vous de réfléchir. Quels sont les rôles à prioriser pour HEC Montréal dans le long-terme? Souhaiteriez-vous poursuivre dans la direction actuelle à haute valeur ajoutée au niveau international, dévier légèrement la trajectoire ou carrément changer de voie et réorienter l’école vers plus de services à la collectivité?

Catégories: Enquête,HEC Montréal

Tags: ,,,