Tour du monde HEC Montréal : Chili

Tu as toujours rêver de partir à l’aventure? Savais-tu que l’école t’offre l’opportunité de participer à un programme d’échanges internationaux qui pourrait te mener presque partout dans le monde?  L’Intérêt te propose un avant-goût de cette expérience incroyable à travers des témoignages d’étudiants déjà partis, histoire que tu retrouves ta motivation à étudier (peut-être a-t-elle disparue en cette période assez fraîche!). De plus, tu devras, si tu souhaites participer, émettre une liste de choix de tes destinations privilégiées en janvier  … Voici de quoi t’aider un peu! 

Aujourd’hui, cap sur le Chili avec Agathe Faure  !

Si tu pouvais décrire ton expérience en quelques mots…

Quelques mots ne sont pas suffisants pour décrire l’unicité de l’expérience que j’ai vécue au Chili. Je ne savais pas à quoi m’attendre, je suis tout simplement arrivée prête à découvrir ce que ce pays avait à m’offrir. Tout ce dont on peut rêver d’un échange, ce pays vous l’offre : une culture ancrée, un peuple accueillant et chaleureux, des paysages à couper le souffle, une vie étudiante digne de Montréal, une université faisant l’effort d’intégrer les internationaux à la culture locale, l’apprentissage d’une nouvelle langue…Bien que je sois une fière française, comblée à Montréal, mon cœur s’est divisé une troisième fois, tant le Chili m’a marquée. Je ferai tout pour y retourner si j’en avais l’occasion.

Avais-tu choisi cette destination? Si oui pourquoi?

J’avais choisi le Chili pour trois raisons : je voulais parler mieux Espagnol, voyager en Amérique Latine, et découvrir le Chili en lui-même. Comme l’Argentine, le Chili est un des pays les plus développés d’Amérique Latine avec un fort patrimoine historique, et surtout un peuple très patriote.  Ces derniers éléments m’intriguaient, et j’avais surtout aperçu quelques images des plaines de Patagonie et des déserts arides au nord du pays qui me faisaient rêver.

Comment se passe le système scolaire pour les étudiants en échange dans ton école? Le niveau était-il élevé?

Je ne dirais pas que le niveau est très élevé, mais le Chili est une destination qui exige un minimum de travail pendant le semestre. Le système académique est plus « scolaire » qu’universitaire. Il n’y a pas de période d’examens ; les examens, quiz, travaux de groupes en cours, etc. sont en continu. Cela demande d’être un minimum présent en cours et à jour. Il suffit de travailler régulièrement et tout se passera bien. La difficulté principale, selon moi, pour un étudiant ayant appris l’espagnol d’Espagne, c’est de suivre les cours en « chilien », car leur accent est très marqué !

Comment sont les gens ? T’es-tu facilement fait des amis locaux ou tu as eu quelques difficultés ?

J’ai vécu avec un chilien extraordinaire, et me suis liée d’amitié avec beaucoup d’entre eux. Ils sont fiers de leur pays, et ne demandent qu’à nous le faire découvrir. Bien qu’ils rigolent de vous puisque vous ne comprenez rien à leur accent, ce sont des personnes très chaleureuses qui feront l’effort de venir vers vous et vous accueillir. Ils ont la joie de vivre, ce qui rend notamment les soirées très réussies. Ils aiment beaucoup les internationaux, il est impossible de ne pas se faire un ami chilien. Je suis très attachée à ce peuple aujourd’hui.

Comment se sont passées tes études à l’Université partenaire ? Es-tu heureuse de retrouver HEC ?

Mes études se sont bien passées, j’ai validé tous mes cours. Je suis tout de même heureuse de retrouver le système académique de HEC qui laisse bien plus d’autonomie aux étudiants.

Le pouvoir d’achat si on le compare à celui du Canada ?

Le coût de la vie est quasiment le même, bien que les salaires soient à diviser par deux (en comparaison avec le Canada). Les « meilleurs deals » sont sur les transports en commun. Il y a un système de bus locaux, bus nationaux et internationaux, qui vous proposent de longues distances à de prix très avantageux.

Comment tu t’y es prise pour voyager durant ton échange? (le W-E, en semaine, avant / après ton semestre)

Puisque j’avais souvent des examens ou projets à rendre tout le long du semestre, j’ai concentré mes gros voyages (d’une durée supérieure à 5 jours) avant et après la période académique de l’échange. J’avais tout de même concentré mes cours sur trois jours pour avoir des longues fins de semaine. Toutefois, le Chili -comme beaucoup de pays d’Amérique Latine- a une superficie gigantesque, ce qui rend un voyage de 4 jours bien trop court. Il faudrait soit être prêt à rater plusieurs jours de cours, soit dépenser son argent en billets d’avion plutôt qu’en billets de bus. La meilleure solution est donc de se garder du temps avant/après le semestre, et durant le semestre en profiter pour faire des escapades sur un week-end (surf, randonnées) et des soirées avec les chiliens.

Quelle est ton anecdote la plus fun ?

Lors de l’organisation d’un voyage entre amis au Pérou en Juillet dernier, nous avons voulu prendre le bus le moins cher pour aller de Puno à Cusco (soit environ 7h de bus). C’était une grave erreur (ne jamais prendre « Continental del Sur »!). En plus de la saleté de ce bus, l’absence de WC, et surtout l’absence de climatisation, nous avons mis 10h au lieu de 7h pour arriver à destination. La raison étant que le bus -vide au début du trajet -s’est arrêté par toutes les villes sur le chemin pour faire rentrer de potentiels passagers…  C’était interminable, nous étions assis toute l’après-midi dans ce bus, coincés. Le plus drôle étant les passagers avec nous, qui s’énervaient et tapaient sur les fenêtres, en se plaignant que « la poule vivante dans leur sac achetée au marché le matin même était en train de suffoquer ».

C’était une pure expérience locale, très dépaysante et surtout, mémorable!

Aimerais-tu y retourner? As-tu déjà songé y vivre à long terme?

Je rêve d’y retourner ! Si le Chili n’était pas aussi loin de tout, j’irais directement après avoir gradué. Le mieux serait d’y trouver un stage (ou un Chilien avec qui je m’installerais!).

Quelle est la chose la plus importante que tu as apprise sur le plan personnel durant ce voyage?

Ce sont les voyages à budget réduit qui m’ont le plus appris. J’ai eu la chance de voyager avec une fille d’ HEC Montréal que je ne connaissais pas avant de partir . Nous nous sommes à plusieurs reprises soutenues lors de  situations fatigantes et difficiles. Les rencontres que j’ai pu faire sont donc le point fort de mon expérience: autant avec cette amie de HEC (s/o Julia Demon), qu’avec les chiliens et autres étudiants internationaux ; mais aussi les habitants locaux de l’île de Pâques et les chauffeurs boliviens du désert d’Uyuni, etc. Chaque personne m’a apporté quelque chose de différent.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait partir au même endroit?

Ne pas avoir d’attentes. Je pense que c’est un endroit qui livre des expériences uniques! L’ouverture d’esprit et la tolérance sont les clés … Beaucoup de choses seront remises en question en fonction des voyages et rencontres effectués. Le Chili et l’Amérique Latine en général m’ont fait découvrir et développer de nouveaux aspects de moi même. Dans tous les cas, il ne faut pas hésiter à partir à l’aventure.

Les meilleurs souvenirs naissent grâce aux imprévus! Le coté sauvage de la nature chilienne vous coupera le souffle!

Alors, convaincu ?

Catégories: Échanges

Tags: ,