Tour du Monde HEC Montréal : Italie

  Tu as toujours rêver de partir à l’aventure? Savais-tu que l’école t’offre l’opportunité de participer à un programme d’échanges internationaux qui pourrait te mener presque partout dans le monde?  L’Intérêt te propose un avant-goût de cette expérience incroyable à travers des témoignages d’étudiants déjà partis, histoire que tu retrouves ta motivation à étudier (peut-être a-t-elle disparue en cette période assez fraîche!). De plus, tu devras, si tu souhaites participer, émettre une liste de choix de tes destinations privilégiées en janvier  … Voici de quoi t’aider un peu! 

Interview de Stephanie Rondeau, échange à Milan (Italie), Université Luigi Bocconi

  1. Décris ton expérience en quelques mots.

Valorisante, déstabilisante, menant au ressourcement et à l’introspection.

  1. Avais-tu choisi cette destination? Si oui pourquoi?

L’Université Luigi Bocconi faisait partie de mes deux destinations préférées (ESADE-Barcelone était mon autre choix). Je l’ai choisie, car il s’agit d’une université très réputée située au cœur de l’Europe. Cela me permet donc de voyager et de découvrir une multitude de pays tout en suivant des cours de haut niveau, me permettant ainsi de renchérir ma candidature en vue de mes prochaines expériences professionnelles.

  1. Comment se passe le système scolaire pour les étudiants en échange dans ton école ? Le niveau était-il élevé ?

Nous avions environ 7-8 choix de cours dont nous avions la certitude qu’ HEC pourrait nous créditer. Les étudiants sélectionnent les cours qu’ils veulent choisir sur un portail en ligne. Dans le cas d’ HEC, il est obligatoire de suivre 5 cours (30 ECTS) afin d’obtenir l’équivalence des 15 crédits par session. Une fois le choix effectué, les étudiants ont deux semaines durant lesquelles ils peuvent abandonner et ajouter des cours à leur horaire. Le niveau varie d’un cours à l’autre. Dans l’ensemble, le niveau est relativement comparable à HEC Montréal. Les cours de spécialisation, tels que l’économie, la finance et la stratégie, sont toutefois plus demandant et complexes.

  1. Comment sont les gens? T’es-tu facilement fait des amis locaux ou tu as eu quelques difficultés?

Les Italiens typiques sont plus ou moins ouverts à interagir avec les étudiants étrangers. Ils ont ainsi tendance à rester entre eux. Les italiens faisant partie du comité Erasmus (comité étudiant organisant l’ensemble des évènements pour les étudiants en échange) sont toutefois très accueillants et chaleureux. Ces derniers ont su m’aider à différents moments dans mes démarches d’installation. Il est très facile de se faire des amis. ESN Milan est l’une des plus grosses organisations pour étudiants étrangers en Europe. Au cours du premier mois, il y a environ 4-5 évènements de nature sociale par semaine. C’est absolument fou ! Une simple participation aux événements représente une assez bonne garantie de se faire un cercle d’amis.

  1. Comment se sont passées tes études à l’Université partenaire? Es-tu heureuse de retrouver HEC?

Mon expérience scolaire ne m’a pas particulièrement impressionnée. En raison du nombre restreint de cours pour lesquels il était possible de se faire reconnaître une équivalence, je me suis retrouvée avec 6 choix de cours potentiels. Or, la majorité des cours enseignés en anglais ont lieu au courant des mêmes plages horaires. J’ai donc été dans l’obligation de suivre 2 cours sur 5 en option « non attending ». Je dois ainsi apprendre l’ensemble de la matière de façon entièrement indépendante. Cette option est quant à moi moins stimulante. Mes 3 autres cours sont toutefois assez intéressants. La structure d’enseignement est moins théorique, par exemple, l’apprentissage à travers l’analyse de cas est plus valorisée. Dans l’ensemble, je serai contente de retourner étudier à HEC Montréal.

  1. Le pouvoir d’achat si on le compare à celui du Canada?

Le coût de la vie est nettement plus élevé à Milan. Le logement est très cher dans l’ensemble. Mon loyer me coûte 600 euros par mois pour une chambre de résidence comprenant divers autres services (930$ canadien). La moyenne des appartements se trouve davantage aux alentours des 700-800 euros par mois. Toutefois, il y a moyen de s’en tirer en faisant des choix éclairés au niveau de la consommation. Je dépense environ 40 euros par semaine pour mon épicerie, en excluant les sorties au restaurant. Cela est toutefois suffisant afin de bien manger et boire. Les restaurants, bars et clubs sont plutôt dispendieux (10-15 euros par plat, 8-12 euros par verre). Le comité ESN offre toutefois des tarifs préférentiels réellement avantageux au cours de leurs divers évènements.

  1. Comment tu t’y es pris pour voyager durant ton échange ? (le WE, en semaine, avant / après ton semestre)

J’ai eu la chance de voyager 1 semaine avant de débuter le crash course d’italien auquel je m’étais inscrite. Au courant de ma session, j’ai voyagé presque chaque fin de semaine. Nous avons également une période désignée à la mi-session durant laquelle nous n’avons pas de cours. Étant donné que je n’avais pas d’examens pour l’ensemble de mes cours, j’ai visité 3 pays différents sur une période de 12 jours. Je compte également voyager 5 jours suite à mon dernier examen. Il est très facile d’explorer à partir de Milan. Une multitude de destinations sont accessibles à de faibles prix.  Le seul inconvénient est que les aéroports sont situés plus loin de la ville. Il me faut environ 2 heures de transport en commun afin de me rendre à un des 3 aéroports à proximité. Dans l’ensemble, il est réellement facile de voyager à partir de Milan.

  1. Quelle est ton anecdote la plus fun?

J’ai tellement vécu de bons moments ! Je pense que ma soirée la plus mémorable a été la première soirée d’intégration, car c’est durant celle-ci que j’ai rencontré tous mes amis!

  1. Aimerais-tu y retourner? As-tu déjà songé y vivre à long terme?

Je retournerai éventuellement en Italie à titre de touriste. Je ne vivrai toutefois pas à Milan ou autre ville italienne à plus long terme. La culture est très riche, la nourriture délicieuse et le mode de vie plutôt bohème. Toutefois, la société italienne est trop désorganisée pour y vivre selon mes standards. Cet aspect de leur culture fait fréquemment sujet de dérision. Voici une vidéo qui m’a été présenté par mon enseignante du crash course d’italien, il représente bien certains aspects de leur société ! Lien ici .

  1. Quelle est la chose la plus importante que tu as apprise sur le plan personnel durant ce voyage?

En rencontrant des gens à travers le monde et en découvrant différentes cultures, j’ai eu la chance de clarifier mes ambitions personnelles. Cette expérience m’a notamment permis de clarifier le type de mode de vie que je désire avoir (équilibre travail-famille) et le genre de société dans laquelle je désire vivre (performante, mais comprenant un côté bohème). Le fait de complètement déconnecter avec Montréal permet réellement d’effectuer une introspection incroyable. J’ai également effectué des rencontres formidables qui m’ont permis de m’enrichir énormément.

  1. Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait partir au même endroit?

L’idéal serait d’arriver à Milan sans aucune attente, en gardant un esprit très ouvert et en possédant le désir de découvrir et de s’immerger dans un nouveau mode de vie. J’ai réellement apprécié mon échange, car j’ai énormément participé aux différents évènements. Cela m’a permis de rencontrer des gens de partout à travers le monde. Il peut devenir épuisant de toujours se dépayser et de faire des efforts afin de sortir de sa zone de confort. Toutefois, dans l’ensemble, je suis contente de m’être lancée dans l’aventure à pieds joints. Il existe également plusieurs stéréotypes relatifs à l’échange. Rien n’est toujours tout blanc ou tout noir. Certains moments sont plus difficiles ou simplement différents. Je trouve ainsi qu’un esprit ouvert consiste en le meilleur atout possible. Je recommande:

  1. Le crash course d’italien : il m’a permis de rencontrer énormément de gens avant même que les groupes culturels se forment et que les gens cessent de socialiser à l’extérieur de leur cercle. Il s’agit d’une courte fenêtre d’opportunité.
  2. Les apéritifs et partys d’ESN des premières semaines : ces derniers sont réellement fous et permettent de tisser les liens. L’horaire est très chargé au début. Toutefois, au bout de 6-7 semaines, les gens commencent à voyager davantage et voir leurs amis/famille, et ainsi, la dynamique change progressivement. Il vaut la peine d’en profiter durant la première moitié de l’échange.
  3. Les voyages avec ESN : ceux-ci sont très bien organisés et permettent de voir divers endroits en compagnie d’Italiens et d’une quarantaine d’étudiants de Bocconi. C’est un MUST!
  4. Prendre des apéritifs dans Navigli et se faire une bonne virée de magasinage !
  5. Suivre le moins de cours possible en option « non attending »

Pour découvrir plein d’autres témoignages, c’est juste ici !

Catégories: Culture,Échanges,HEC Montréal,Sans catégorie

Tags: ,,