Tour du monde des échanges : la Corée du Sud

Tu as toujours rêvé de partir à l’aventure ? Savais-tu que l’école t’offre l’opportunité de participer à un programme d’échanges internationaux qui pourrait te mener presque partout dans le monde ?  L’Intérêt te propose un avant-goût de cette expérience incroyable à travers des témoignages d’étudiants déjà partis, histoire que tu retrouves ta motivation à étudier (peut-être a-t-elle disparue en cette période assez fraîche !). De plus, tu devras, si tu souhaites participer, émettre une liste de choix de tes destinations privilégiées en janvier…
Voici une entrevue de Cyril Priol, rédacteur, avec l’étudiant de troisième année Grégoire Maillard, parti en Corée du Sud à Séoul.

Décris ton expérience en quelques mots. Avais-tu des « préjugés » qui se sont révélés vrais ou faux ?
Je suis parti à Séoul sans vraiment d’attentes ou de préjugés. Une fois sur place, j’ai découvert un pays plein de surprises. Entre un dépaysement total et des nuits remplies de soju et de bibimbaps , j’ai vécu une expérience inoubliable !

Avais-tu choisi cette destination ? Si oui pourquoi ?
Oui, c’était mon premier choix ! Je voulais aller en Asie dans l’idée de me dépayser totalement, de trouver un pays qui ne maîtrisait pas vraiment l’anglais, et dans une grande mégalopole pour pouvoir s’y perdre. Séoul a donc été un choix parfait pour cela. 

Comment sont les gens ? T’es-tu facilement fait des amis locaux ou tu as eu quelques difficultés ?
Les gens étaient en général très accueillants et plein de gentillesse. Être étranger à Séoul peut intriguer et susciter la curiosité des locaux mais je n’ai jamais eu de mauvaises expériences. À la Korea University, j’avais la chance d’avoir un buddy coréen (Young Seok big up à toi) sur qui on pouvait compter et les activités proposées par l’université amenaient à facilement se faire des amis venant des quatre coins de la Terre. 

Comment se sont passées tes études à l’Université partenaire ?
Sur le plan académique, tout s’est bien passé bien que l’inscription aux cours sur la plateforme coréenne fût un peu compliquée. Certains professeurs faisaient de nombreuses blagues en coréen (voire parfois des parties de cours) mais ce n’a jamais été un désavantage (pas plus que de checker Facebook ou Byte en cours de compta). Le choix de cours était varié et les professeurs étaient compréhensifs envers les étudiants internationaux.

Quel était ton pouvoir d’achat en Corée du Sud si on le compare à celui du Canada ? 
Comparé au Canada, Séoul est bien moins cher. Les logements restent dans la même fourchette de prix mais le prix pour se nourrir ou pour une bière est bien plus alléchant ce qui est bien agréable lorsque l’on veut profiter de son échange. Il est souvent plus rentable de manger à l’extérieur que de se faire à manger.

Comment tu t’y es pris pour voyager durant ton échange ?
La Corée du Sud a l’avantage d’être assez central en Asie du Nord. Tokyo n’est qu’à une petite heure de vol, la Chine guère plus, et la Corée du Sud est pleine de ressources pour ce qui en a trait au tourisme. J’ai personnellement passé la majorité de mon temps à profiter de Séoul (qui est une ville à n’en jamais finir) mais j’ai pu visiter les pays voisins une fois les cours terminés (les absences étant relevées et sont limitées sous peine d’échec). N’hésitez pas à demander à des coréens/japonais/chinois pour explorer les possibilités de voyage en avion puisque toutes les compagnies aériennes de la région ne sont pas forcément accessibles pour les personnes ne maîtrisant que l’anglais ou le français.

Est-il facile de trouver un logement ?
Il est possible vivre dans la résidence de l’université, ce que je ne recommanderai pas étant donné la localisation et le fait que les chambres soient partagées. Il est possible de trouver des studios dans les environs mais je recommanderais plutôt les goshiwons (résidences) environnantes qui peuvent permettre de rencontrer d’autres étudiants plus facilement. Cependant, il ne faut être rebuté par les chambres de 6m2 (douche et toilette comprises).

Aimerais-tu y retourner ? As-tu déjà songé y vivre à long terme ?
Étant donné que je ne parle pas coréen et que les perspectives de carrière qui pourraient m’être offertes sont assez limitées, je ne pense pas y vivre à long terme. Mais j’aimerais beaucoup y retourner. Je reste très nostalgique du temps que j’ai passé là-bas et aimerait fortement y retourner à de nombreuses reprises.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait partir au même endroit ?

Si tu n’as pas peur d’être dépaysé et que tu peux supporter la nourriture épicée, alors que je ne peux que te conseiller de ne pas hésiter et d’aller en Corée ! Un choix que tu ne regretteras pas. 

C’était le dernier épisode du Tour du monde de L’Intérêt. Toute l’équipe espère que vous avez apprécié cette série d’article et nous souhaitons aux étudiants actuellement en échange de profiter pleinement de cette expérience !

12

1 commentaire pour “Tour du monde des échanges : la Corée du Sud”

Les commentaires sont fermés.