Tour du monde des échanges: l’Argentine

Tu as toujours rêvé de partir à l’aventure ? Savais-tu que l’école t’offre l’opportunité de participer à un programme d’échanges internationaux qui pourrait te mener presque partout dans le monde ?  L’Intérêt te propose un avant-goût de cette expérience incroyable à travers des témoignages d’étudiants déjà partis, histoire que tu retrouves ta motivation à étudier (peut-être a-t-elle disparue en cette période assez fraîche !). De plus, tu devras, si tu souhaites participer, émettre une liste de choix de tes destinations privilégiées en janvier…

Voici une entrevue de Émerick Mary, rédacteur, avec l’étudiante de troisième année Jade Le Denmat, partie en Argentine à Buenos Aires.

Décris ton expérience en quelques mots. Avais-tu des « préjugés » qui se sont révélés vrais ou faux ?

« Expérience incroyable, vraiment vécu la buena onda Argentine et des pays alentours. En partant, je ne pensais pas autant aimer la ville de Buenos Aires. Je n’avais jamais vécu dans une ville aussi grande donc je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je pensais aussi, comme beaucoup, qu’il y avait la plage, mais PAS DU TOUT. Au final j’ai adoré y vivre, c’est une ville incroyable hyper cosmopolite, on y fait beaucoup la fête. Il y a aussi plein de choses à voir, à visiter et il y a de nombreux parcs pour trouver un peu de calme. J’ai surtout adoré le quartier où j’ai habité, soit Palermo. J’étais dans une casa de cinq étrangers et on retrouvait des cafés, des restaurants, des ‘‘boliche’’ et des marchés locaux. La majorité des des résidents du coin sont des étudiants, donc il était très facile de se rencontrer. »

Avais-tu choisi cette destination ? Si oui pourquoi ?

 « Je voulais faire mon échange en Amérique du Sud, car je m’y sens chez moi. J’aime la façon de vivre : le bordel un peu général, souvent en retard, jamais pressé, leur culture de partage, la danse, la musique, etc. J’avais visité la Colombie donc je souhaitais aller plus au Sud. L’Argentine était donc mon premier choix. J’ai longtemps hésité avec le Chili, mais je me voyais davantage vivre mon quotidien dans la ville de Buenos Aires plutôt que Santiago. »

Comment sont les gens ? T’es-tu facilement fait des amis locaux ou tu as eu quelques difficultés ?

« Les ‘‘Porteño’’ ont un petit côté arrogant, puisqu’ils sont fiers d’être Argentins. En général, ils sont tous ‘‘buena onda’’, que ce soit dans la ville ou ailleurs en Argentine. Par exemple, même quand ils manifestent, ça se fait à travers un concert de musique ou une parade. Aussi, les locaux sont très polis et souriants dans les commerces. Odn se retrouve souvent à parler de politique dans les taxis ! Malgré le contexte économique et politique difficile (hyperinflation et la majorité de la population sous le seuil de pauvreté) dont la présence est flagrante dans le quotidien, les Argentins se soutiennent et restent heureux. J’ai pu rencontrer des personnes de près de toutes les nationalités, que ce soit à l’université ou en dehors. Comme on vit majoritairement dans des casas, on est facilement amené à être mélangés. Bien sûr les Français sont nombreux, mais si tu fais l’effort d’aller vers les autres nationalités, il n’est pas difficile de se faire des amis locaux. On faisait des soirées, des asados (barbecues) avec des Argentins, Anglais, Chilien et Français toutes les semaines dans nos casa. »

Comment se sont passées tes études à l’université partenaire ?

« Les études se sont bien passées. J’avais cours du lundi au mercredi et l’université était plutôt bien placée dans la ville. L’édifice et le fonctionnement sont très similaires à HEC, donc il n’était pas très difficile de m’adapter. La personne ressource des échanges, Tatiana, était adorable et très disponible. Plein d’activités culturelles nous ont été offertes durant la session en commençant par un piquenique avec nos buddy. Souvent la seule étrangère dans mes cours, les professeurs ont été très à l’écoute et ils sont venus me voir plusieurs fois pour vérifier que je n’avais pas de problèmes particuliers notamment en ce qui concernait la compréhension. »

Quel était ton pouvoir d’achat en Argentine si on le compare à celui du Canada ?

« Dû au contexte d’inflation, avec l’Euro, j’avais un pouvoir d’achat très fort. Ma vie quotidienne était vraiment très abordable et même bien en dessous des pays voisins comme le Chili ou l’Uruguay. Par exemple, un trajet de bus était à 40 centimes, le Uber valait entre 2 et 4 euros, une bouteille de vin au restaurant à 3 euros et un repas au restaurant souvent entre 8 et 15 euros. »

Comment tu t’y es pris pour voyager durant ton échange ?

« J’avais de longues fins de semaine et j’ai commencé tard, donc j’ai fait un gros roadtrip au début. J’en ai aussi profité lors de plusieurs weekends le long de la session (et j’ai aussi loupé quelques cours !) »

Est-il facile de trouver un logement ?

« Pour le logement, il n’est pas très difficile de trouver, car il y a plein de groupes Facebook où ils postent des annonces. En arrivant sur place, on fait plusieurs visites de casa. Il vaut mieux voir de ses propres yeux l’état du logement, car certains ne sont pas en très bons états et il y a beaucoup d’arnaques. Finalement, il n’est pas nécessaire de se prendre trop de l’avance ! »

Aimerais-tu y retourner ? As-tu déjà songé y vivre à long terme ?

« J’aimerais y retourner, car j’ai vraiment aimé y vivre, j’étais comme à la maison. Cependant, c’est vrai que pour songer d’y vivre à long terme c’est plus compliqué, car le contexte économique et politique est instable. Toutefois, venir en échange et venir y travailler c’est différent. Le salaire minimum est très bas, donc mon pouvoir d’achat serait carrément moindre pour le coût de la vie. Bref, j’attends de voir comment le pays évoluera avec le temps. »

Quel est l’apport personnel de cette expérience pour toi ?

 « Je suis venue seule à Buenos Aires, donc c’était vraiment comme démarrer une nouvelle vie. L’Amérique du Sud te sort vraiment de ta zone de confort. Il faut davantage faire attention à tes effets personnels et il faut apprendre à être patient. Quelques petites choses sont compliquées au niveau des préparatifs, mais, sinon, cette culture de partage et de vivre-ensemble est vraiment agréable. Vivre là-bas permet de beaucoup relativiser les problèmes de l’Occident. »

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait partir au même endroit ?

« Vivre dans une casa pour vivre une expérience multiculturelle et prendre le temps de visiter la ville et le pays. Ne pas avoir peur, car c’est l’Amérique du Sud. Finalement, il faut arriver avec un état d’esprit de partage et de découverte. Partager un maté et un asado avec des Argentins. »

Plus qu’une chose à se dire après ce témoignage qui fait rêver, ¡Vamos a Argentina!

11