Chronique: Présidentielle Américaine, le contrecoup de l’élection au Canada

En voyant le chaos qui ravage les rues des plus grandes villes des États-Unis d’Amérique, tout semble indiquer que les plus grandes peurs de nos voisins du sud se sont réalisées. Qu’une dictature aux fins sauvages s’est installée dans le bureau ovale. Que la démocratie telle qu’on la connaissait est disparue à jamais. Pourtant, ce n’est que le résultat des élections pour la présidence0_do_not_include des États-Unis d’Amérique de 2016, et, contre toute attente, Trump est le vainqueur.

Après une longue campagne médiatique à saveur anti-trump et un penchant clair pour la candidate démocrate, Hillary Clinton, dans tous les sondages, la tendance indiquait une victoire dévastatrice pour cette dernière. Pourtant, le monde entier a été bouleversé par le cumul de la campagne électoral annoncé tard en soirée du Mardi 8 novembre. La peur et l’incertitude n’ont pas perdu de temps à s’installer au sein des opposants de Trump, mais surtout chez la communauté internationale, attendant patiemment le prochain chapitre.

Peu importe l’allégeance politique, le soleil s’est levé le lendemain matin, comme l’a si bien dit le résilient Barack Obama. C’est tout de même très sceptiques que les économistes se réveillent à l’aube de cette nouvelle ère. Au contraire des attentes dramatiques amenées par les répercussions économiques d’un gouvernement aux politiques interventionnistes, l’économie rayonne! Ce sont des records longtemps immuables qu’on voit fracassés sur les marchés financiers. Tout comme le Brexit, le scepticisme des investisseurs laisse place à une remontée économique fracassante portée par l’espoir d’un renouveau de la démocratie.

L’or retrouve sa parure rayonnante et explose sur le marché. L’indice de référence aux États-Unis d’Amérique, le Dow Jones, indiquait un taux jamais vu à l’ouverture de la bourse, le lendemain des élections! Le Canada peut se réjouir également alors qu’il reste fidèle à ses cousins anglophones en voyant le TSX faire une remontée spectaculaire avec plus de 100 points d’augmentation.1 Le dollar canadien vient pourtant gâcher la fête en étant victime d’une chute drastique qui témoigne de l’inquiétude de la finance canadienne.2 Pour nos voisins du sud du moins, it’s still sunny in Philadelphia. C’est d’un point de vue social que la planète semble divisée.

Malgré une quantité de participants aux élections déplorable, avec à peine la moitié des électeurs éligibles s’étant rendus aux urnes, et de fortes critiques du système électoral, les États-Unis d’Amérique voient une lueur d’espoir dans un discours rassembleur du candidat républicain qui se dit président de tous. Pourtant, ce n’est pas suffisant pour plusieurs qui n’hésitent pas à encourager la division en criant ce qu’ils auraient très facilement pu faire savoir la veille sur un bout de papier. Si leur colère gronde bien loin de la frontière canadienne, un remaniement des relations internationales des U.S.A. n’épargne pas les Canadiens pour autant!

Trump ne cache pas sa volonté de déchirer les accords d’échanges internationaux, remettant en question l’avenir économique du Canada, lié intimement aux relations commerciales qu’il occupe avec le reste de l’Amérique. En amont d’un mouvement mondial à l’encontre du globalisme, l’élection de Trump suit une machine enclenchée par le Brexit, plus tôt mentionné. Fervent partisan de l’opposition aux mœurs discutables du mondialisme, le président-élue voue sa présidence à l’idée de conserver les emplois aux États-Unis plutôt que chez leurs voisins, et pas seulement ceux du sud. Frustrée par la perte d’identité et de force de l’État, la population mondiale fait un volte-face radical en s’éloignant des politiques du mondialisme, jusqu’à encourageant la disparation des frontières et le contrôle d’une élite non-élue.

Si Justin Trudeau, poussé vers ce dit globalisme, ressent toujours le goût amer du choix des États-Uniens d’un dirigeant à l’agenda si diamétralement opposé, il devra composer avec le tempérament bouillant du futur président du pays de la liberté pour négocier à nouveau des accords qui détermineront le futur du Canada.

Si vous êtes curieux d’en savoir un peu plus sur les conséquences de l’élection de Donald J. Trump, vous pouvez me voir  en chair et en os l’expliquer plus en détail, des émeutes sanglantes au refus du globalisme, dans ce vidéo de POLITICORRECT!

 

1The Star. Stock markets close higher following Trump’s victory.https://www.thestar.com/news/world/uselection/2016/11/09/donald-trump-stock-market.html

2Financial post. Canadian dollar bears brunt of Donald Trump’s stunning win. http://business.financialpost.com/investing/canadian-dollar-bears-brunt-of-donald-trumps-stunning-win-but-pulls-back-from-8-month-low-against-u-s-dollar

Catégories: Chroniques enjeux électoraux,Économie,L'Actu,Politique,Société

Tags: ,,,,,