Lucas Manière – Candidat à la Présidence de l’AEHEC

Pouvez-vous résumer les éléments marquants de votre plan d’action qui vous démarquent des autres candidats? 

L’année 2016-2017 sera une étape importante dans l’histoire de l’AEHEC: notre association fêtera ses 50 ans ! C’est pour cela que mon plan d’action vise à allier pérennité et innovation en se concentrant autour de quatre R : Rassembler, Rayonner, Représenter et Réorganiser. Dans chacun de ces volets se retrouvent divers projets importants, comme la création de Vice-Président Relève dans les comités de spécialisation afin de faciliter l’accès des nouveaux étudiants au monde des associations ; ou encore d’accompagner la création de comités organisateur de compétitions académique (Jeux du Commerce, Symposium GRH, HM…) afin de faire rayonner HEC Montréal sur la scène québécoise.

De plus, l’AEHEC 2016-2017 devra gérer plusieurs projets qui toucheront les exécutifs futurs, comme le remplacement de notre secrétaire administrative, Nicole. Pour cela, je souhaite créer des processus plus strictes et précis afin de préparer l’arrivée d’un(e) nouvel(le) employé(e) et son potentiel futur départ.

 

Le ou la président.e a un important rôle de représentation sur plusieurs instances, comités et conseils. Comment percevez-vous l’importance et votre responsabilité à l’égard de ce rôle de représentation externe aux membres de l’AEHEC?

Les mandats de représentation me tiennent à cœur, et les différentes étapes de mon implication dans la vie associative de HEC Montréal ont toujours été des mandats électifs qui m’ont appris à maitriser le « volet représentation » du mandat de président.

Ainsi, et comme le montre à plusieurs reprises mon plan d’action, le rôle de représentation du président ne s’arrête pas seulement à être un porte-voix de la parole des étudiants. Je pense que le président doit aussi s’assurer que l’école rayonne sur la scène nationale et internationale afin d’augmenter la visibilité du diplôme et l’employabilité des étudiants.

Afin que les décisions de l’exécutif représentent réellement les étudiants, je compte demander l’avis de toute la communauté via référendum pour les grandes décisions stratégiques.

Enfin, l’AEHEC est membre de deux instances de représentation au Canada : le REFAEC (Québec) et CABS (Canada). Je souhaite augmenter l’implication de notre association dans le REFAEC qui organise les différentes compétitions académiques comme les JDC ou le HM, et négocier un rôle d’observateur non-membre au sein de CABS afin de réduire l’impact financier de ses instances sur l’AEHEC.

 

De plus, le ou la président.e a comme rôle primaire de représenter tous les membres de l’AEHEC ainsi que les 15 comités que l’association chapeaute. Comment percez-vous cette responsabilité et comment serez-vous en mesure de représenter autant d’intérêts adéquament? 

Mes années passées au sein de la vie étudiante de HEC Montréal m’ont appris que pour faire converger des opinions parfois divergentes, il est primordial de faire appel aux valeurs qui unissent tous les étudiants impliqués de l’école : le don de soi, le partage et un intérêt sans borne pour autrui.

Exposer ses idées, la discussion et le partage des avis permettent de prendre des décisions éclairées, qui contentent un nombre maximal de personne, le tout dans l’intérêt des étudiants du B.A.A. de HEC Montréal et de la pérennité de l’AEHEC.

La collaboration entre les comités (qu’ils soient à envergure sociale, ou de spécialisation) permet aussi de réduire le fossé qui pourrait exister entre ces derniers, en transformant certains intérêts individuels en intérêt communs et collectifs.

 

Le ou la président.e doit faire preuve d’un certain leadership pour assurer la cohésion des membres du conseil exécutif de l’AEHEC pour que ces derniers puissent accomplir leurs mandats. Comment allez-vous assurer la cohésion d’une équipe de 8 personnes élues avec des plans d’action pour des mandats qui diffère les uns des autres? 

Selon moi, un leadership positif et qui permet de faire avancer une équipe se doit d’être consultatif. Chacun des huit membres de l’exécutif a de nombreux points à apporter aux projets de par la nature de son mandat.

Cependant, il ne faut pas confondre leadership consultatif et laxisme : c’est le rôle du président de s’assurer que les décisions prises soit appliquées afin de mener à bien le nombre colossal de projet que l’exécutif et les comités gèrent de concert.

Le président se doit aussi de parfois se mettre en retrait lors de certains évènements et/ou situation, afin de faire rayonner les membres de son équipe et ne pas être la seule image renvoyée de l’AEHEC.

Lucas Manière

 

Catégories: AEHEC

Tags: ,,