Le Camp des Prépas

Samedi, 7h du matin. Je ne dors pas. Ça commence bien… À peine éveillé, dans le noir pour ne réveiller personne, je me prends une porte. Façon pratique de dire que j’ai la gueule de bois. L’espace d’un instant, je délibère avec mon esprit fatigué, histoire de connaître la raison pour laquelle je m’étais levé. Alors que je me bats encore avec mes neurones, un appel me vient en aide. C’est Hélène, VP Communication de Synergy qui, assumant sa fonction le plus délicatement possible, me somme de me réveiller et d’arriver à l’heure au point de rendez-vous. « On se croirait au camp », lui répondis-je triomphalement, fier de ma métaphore. C’est là que je me souviens qu’effectivement, il me fallait aller au camp des prépas. Je me dépêche, m’habille, et me lance vers HEC Côte Sainte Catherine, où nous attendent un bus et une horde de prépas ayant bravé la grisaille, et leur taux d’alcoolémie (ou de sucre pour les mineurs), afin de passer du bon temps avec leur comité de prédilection, et cette fois, sans alcool. Synergy, dans un esprit novateur et aventurier, s’est lancé le défi de proposer aux participants des activités sans alcool, tout en ne les faisant pas regretter d’être venus.

Bref, nous chargeons le matériel requis, et prenons la route. Après trois quarts d’heures de chants, de cris, et d’hymnes aux paroles délicates et voluptueuses, nous arrivons au domaine Pourki à Sabrevoie. Pour ceux qui ne connaissent pas, je ne m’appelle pas Google Map. C’est là que l’esprit du général De Gaulle (ou bien était-ce le gendarme de Saint-Tropez ?) s’est épris du comité Synergy. Criant leurs ordres aux prépas, ils leur bandent les yeux, et les font descendre du bus. Tout participant se permettant des réflexions impertinentes s’octroyait dix push-ups. Certains arriveront à une centaine vers la fin de la journée. Ah, ces français ! Quant à moi, alors que je descends gentiment du véhicule, j’entends Hélène me crier : « Move biche, get out the way ». Mais que lui ai-je donc fait ?

Nous voilà au domaine. Les participants sont divisés en quatre équipes, qui doivent tout d’abord se trouver un nom, et faire une chorégraphie les représentant. J’en ai donc eu la confirmation, le ridicule ne tue pas. Après ce préambule haut en couleurs, des activités sportives intenses se sont chevauchées, du tir à l’arc au parcours du combattant, en passant finalement par la recherche des denrées nécessaires à la survie de notre pauvre troupeau de prépas.

Après un déjeuner et un repos bien mérités, nous reprenions nos activités où nous les avions laissées avec un tournoi de volley-ball où, prouvant que l’Intérêt sait se faire sportif, j’ai mené mon équipe en finale. Le résultat de la dite finale, quoi qu’en dise Diane Lami (VP projet) restera inconnu au cours de cet article…

Enfin, consumés par nos efforts ardus, nous reprîmes le bus en soirée. Sur le chemin du retour, les prépas ont fait connaissance avec l’Intérêt et l’ARV, ces associations qui les suivront tout au long de l’année.

À l’arrivée, un seul mot à dire, et une phrase à se remémorer.

Mer-Synery. L’Intérêt is Watching You.

Catégories: GRA, Prépa, GIA

Tags: ,,,,,,,,