Le [email protected] ou le Bock à controverses ?

Depuis l’entrée en fonction du nouvel exécutif de l’AEHEC, notre cher Vice-président (VP) développement durable, Hubert Côté-Maltais, en a mis plein la vue avec son initiative révolutionnaire; le [email protected]! Le principe est assez simple, on incite les étudiants à se procurer leur propre verre réutilisable ([email protected]) pour leurs boissons alcoolisées lors des [email protected] Les réactions ont été diverses. Certains ont applaudis l’idée innovatrice, d’autres se sont plaints. Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement parce que le [email protected] implique des coûts et une nouvelle habitude à intégrer. Le [email protected] coûte à lui seul 5$. Sans compter que si un étudiant l’oubli, il doit débourser 1$ de plus sur les consommations qu’il se procurera à tous les [email protected]  Le coût supplémentaire de 1$ représente quand même 1/3 du coût d’une bière ! C’est pourquoi il est bien difficile pour les étudiants de dire oui à 100% à ce projet. Hubert Côté-Maltais a toutefois accepté de clarifier, d’expliquer et de nous donner de son précieux temps pour nous aider à légitimiser le [email protected]!

À 9h30, le lendemain du premier Bar Officiel de l’année 2019, Hubert m’a donc rencontré le sourire bien grand. Voyez-vous, le [email protected], c’est son bébé, son idée qu’il a fait mijoter longtemps avant de la voir prendre vie. L’Université de Sherbrooke et l’Université de Montréal ayant déjà pris la voie de la conscience environnementale en matière de consommation alcoolisée sur le campus, Hubert a constaté un retard de ce côté à HEC Montréal. « Tout le plancher au complet autant sur la terrasse dehors qu’à l’intérieur durant l’hiver…c’est que des morceaux de plastique d’Éco cups brisées. », disait-il en parlant de la réalité vécue après les [email protected] Les étudiants piétinent volontairement leurs Éco-cups (verres utilisés actuellement pour les consommations en [email protected]) et ne semblent pas se soucier des pertes énormes engendrées par leur comportement insoucieux. Hubert dévoile même que 2 caisses de 222 verres ont déjà été mises en perte depuis le début de l’année alors que seulement deux évènements (sans compter le [email protected] du 5 septembre) ont eu lieu, soit le [email protected] de la rentrée et le [email protected] organisé par Promo Paradox. Il évalue ainsi les pertes engendrées à environ 400$, sans compter l’effet dévastateur sur l’environnement du gaspillage des verres eux-mêmes. Est-ce qu’on peut donc encore appeler ces verres des Éco-cups ? Est-ce qu’1$ additionnel pour une consommation ne se trouvant pas dans un [email protected] est réellement trop demandé ?

Selon Hubert, les pertes seront largement réduites lorsque les étudiants possèderont leur propre verre réutilisable. Les Éco-cups serviront à dépanner les étudiants qui oublient et serviront également en matière d’efficacité. Il faut également souligner que l’étudiant pourra se procurer sa boisson sans repayer le coût supplémentaire de 1$ s’il rapporte son verre au moment de commander sa prochaine consommation. Les boissons seront tout de même préparées à l’avance dans des Éco-cups, mais seront transvidées dans les [email protected] par la suite pour s’assurer d’avoir la bonne quantité. Le tout malheureusement ne réduira donc pas le lavage de verres que les associations étudiantes devront prendre en charge suite aux [email protected] qu’ils auront organisé.

Pourquoi ne pas avoir encouragé les étudiants à apporter leurs propres contenants aux [email protected] au lieu de produire et de vendre de nouveaux contenants ? Notre VP développement durable à l’AEHEC a donné deux raisons; la sécurité et la surconsommation d’alcool. Les contenants de la maison ne sont pas nécessairement tous transparents ou tout simplement homogène en matière de formats. Discerner ce qui est jugé acceptable ou non est un enjeu trop important pour la sécurité actuellement, surtout au niveau de l’entrée et de la sortie du contenant, ce qui empêche la mise en place d’une telle idée. L’Université de Sherbrooke fonctionne ainsi (Les propos exprimés à l’égard de l’Université de Sherbrooke constituent la perspective subjectives d’Hubert et d’individus qui s’y sont rendus à titre informatif. Ils pourraient différer de la réalité et nous ne déclarons pas détenir tous les faits véridiques qui la constituent), selon Hubert, mais la surface de service et la logistique n’est pas la même. En effet, après s’y être rendu à deux reprises, Hubert souligne qu’à cette université, une personne prend en charge l’étudiant du paiement jusqu’au remplissage de la consommation. L’efficacité peut ainsi être réduite, car le personnel transvide la boisson de la bouteille au verre de l’étudiant. Parallèlement, à HEC, on constate plutôt une chaîne logistique où chaque membre du personnel a son rôle et où chaque boisson est préparée à l’avance prête à être servie en tout temps. Les contenants de la maison peuvent également poser problème en matière de format trop grand qui pourraient inciter la surconsommation d’alcool, ce qui est un enjeu que l’AEHEC ne peut se permettre de négliger. C’est pourquoi le projet du contenant de la maison n’est pas viable pour le moment dans le cadre de son mandat. 

Hubert tient également à préciser qu’il y aura des points de vente hors des [email protected] où il sera possible de se procurer les [email protected] Pour ceux qui trouvent le verre réutilisable encombrant, des mousquetons seront inclus prochainement à l’achat du contenant. Sans compter que niveau salubrité, un projet est en cours pour potentiellement insérer des fontaines accessibles où il sera possible de laver son [email protected] (à suivre). Même si le [email protected] est d’abord et avant tout une initiative ciblée pour les [email protected], le contenant peut servir en cafétéria ou ailleurs, il suffit juste d’être créatif ! Créatif, ça notre cher VP développement durable l’est amplement! En effet, la personnalisation du [email protected] est également un élément qu’il pense fort important à considérer. L’éventail de possibilités est vaste ! Qui ne voudrait pas d’un [email protected] à l’effigie de son groupe ou de son association étudiante ou même de futurs commanditaires ? Qui sait ? Le [email protected] pourrait même faire partie du kit des rookies ! Ce qui est certain, c’est que notre VP Développement durable de l’AEHEC a une vision très optimiste à ce niveau. Dans sa vision, le [email protected] pourrait même constituer un symbole du fort sentiment d’appartenance à HEC Montréal. 

Pour terminer, en réponse à ceux qui sont contre la pérennité du [email protected], notre charismatique Hubert leur répond; « s’ils sont vraiment contre le changement, ils sont contre le progrès… si on ne brasse pas les cartes maintenant, personne ne le ferait, alors je me dis, c’est le rôle que je joue avec mon équipe de l’AEHEC et on vit ou on meurt avec ce projet. »

Catégories: Sans catégorie

Tags: ,