« Je l’ai vécu comme un retour en arrière » : retour sur un début de session pas comme les autres

« Je l’ai vécu comme un retour en arrière ». À l’aube d’un nouveau retour en présentiel, l’Intérêt se questionne sur l’impact qu’a pu avoir ces nouvelles mesures sur la communauté étudiante mais aussi ceux qui l’organisent…

C’est Jeanne qui a parlé en premier, vice-présidente externe du CSL Revival, le retour du distanciel a été un défi de taille pour elle et les neufs autres membres du comité. 

Bien que tout ait été prévu en hybride de manière à pallier toute difficulté, « il fallait ne pas avoir trop d’attentes », peur d’être déçus et courte échéance pour réussir la transition entre hybride et complétement en ligne, les vacances n’ont pas été de tout repos ! 

Malgré toutes les épreuves que le COVID a pu créer, les rookies d’hiver ont pu bénéficier d’intégration tout aussi bien, notamment avec un zoom spécial jeu télévisé qui leur a permis de se rencontrer et de briser la glace. « L’expérience est meilleure en vrai, mais on travaille fort sur l’aspect en ligne » nous a dit Jeanne, et durant cette période compliquée, l’équipe a pu compter sur le soutien de l’AEHEC mais aussi l’expérience de Vincent Tremblay, vice-président compétitions, qui avait lui-même vécu ses intégrations d’hiver en ligne. 

affiche pour les intégrations d'hiver - Facebook du CSL

« Tu sais pourquoi notre comité s’appelle Revival ? » demande Jeanne. « C’est avant tout pour symboliser ce retour en présentiel, le fait de revivre après cette année particulière ». Le but premier était de « rendre l’expérience la plus folle possible surtout pour ceux qui ne que l’ont pas eu ». Ayant déjà effectué une première année totalement en ligne et n’ayant eu qu’un faible aperçu de la vie étudiante, ce retour au distanciel a été un « coup dur »« Cette année le mandat est trois fois plus gros, on a dû redonner quelque chose que l’on n’a pas vécu » mais d’après la belle blonde, cela reste « une chance inouïe de participer au CSL, c’est un grand challenge en plus de vivre de super moments ! ». Il ne fait aucun doute que le comité a encore beaucoup de surprises pour les rookies et que rien ne pourra les empêcher de les faire profiter tout en rattrapant le temps perdu ! 

Pour Dominique, la réalité est tout autre, travaillant dans le milieu médical à côté de ses études, les mesures sont prises d’autant plus au sérieux, et il est important de les respecter pour ne pas contaminer ses proches mais aussi les patients « même si c’est dur » : « C’est vraiment plate les cours en ligne, t’as une perte de motivation, t’es dans ta chambre 24h sur 24h et 7 jours sur 7. », un sentiment d’isolement commence à naître et il n’est pas facile de sentir entourée, elle raconte être souvent la seule à allumer la caméra lors des zooms et ressentir le manque de ses camarades de classe « c’est ça la spécialité d’HEC, tu te sens vraiment proche de tes collègues, tu les vois tous les jours, constamment ». Et bien que cela n’ait été que 4 (longues) semaines, le COVID nous a enlevé pendant quelques temps ce qui fait la spécialité de notre école : la vie étudiante. Cet énième confinement a eu plus d’impact que l’on ne pourrait penser…

Manque de lien, isolement, baisse de motivation… la liste est longue mais ce n’est pas pour autant qu’il faut baisser les bras. À la suite de cet article, il semble important de rappeler que HEC fourmille de ressources pour vous accompagner et vous aider dans ces périodes difficiles : consultations gratuites avec un(e) psychologue du SAE, boite à outils pour préparer ses cours efficacement ou encore services gratuits pour arrêter de fumer. Vous n’êtes pas seul ! 

9