Il n’y a pas de Plan(ète) B !

« This was a great day! » C’est la manière dont Ban Ki-moon, Secrétaire Général de l’ONU a clôturé le sommet sur le climat 23 septembre dernier.

En première ligne auprès des 300 000 marcheurs de New York pour le climat l’avant-veille, Ban-Ki-moon exprimait ainsi sa satisfaction de voir une centaine de chefs de gouvernements et plus de 800 acteurs de la société civile et du monde de l’entreprise converger sur une vision à long-terme. Malgré l’absence remarquée de certains dirigeants parmi les Etats les plus pollueurs (dont la Chine, l’Inde, l’Australie et …le Canada) une série d’engagements individuels et/ou collectifs (contributions au Fonds Verts, mise en place de marchés carbone, fixation d’un prix du carbone…) ont été pris par les parties prenantes présentes en vue de contribuer à diminuer les émissions anthropiques de gaz à effet de serre (GES).

L’enjeu est de taille. À 15 mois de la COP 21 de Paris, où les 195 pays de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (UNFCCC) sont attendus pour signer le 1er accord global impliquant tous les grands émetteurs de GES, le mot d’ordre est clair :   ne pas répéter les erreurs de Copenhague et aboutir à un véritable accord. La pression est d’autant plus grande que le peuple vient de démontrer le 21 septembre dernier, par sa mobilisation internationale sans précédent, qu’il était bel et bien engagé sur la question et qu’il faudra désormais compter avec lui pour remettre les pendules à l’heure.

Les chefs de gouvernements se montreront-ils à la hauteur de leurs attentes et des enjeux ? Plusieurs publications alarmistes récentes nous rappellent en effet l’urgence d’une action internationale concertée sur le changement climatique. Le bulletin annuel de l’organisation météorologique mondiale (OMM) publié début septembre vient d’établir que la  teneur de l’atmosphère en GES a atteint un nouveau pic en 2013, en raison de la hausse accélérée des concentrations de CO2. Selon les termes du rapport, la concentration de CO2 dans l’atmosphère en 2013 représentait 142% de ce qu’elle était à l’époque préindustrielle (1750). Et celles du méthane et du protoxyde d’azote respectivement 253% et 121% !

De son côté, l’analyse annuelle des tendances d’émissions mondiales publiée par Global Carbon Project (GCP) publiée à la veille du Sommet du 23 septembre nous précise que les émissions mondiales de CO2 ont atteint le niveau record de 36 milliards de tonnes, avec une augmentation de 2,3%  en 2013. Les perspectives pour 2014 ne sont pas meilleures, nous dit le rapport. Une nouvelle augmentation de 2,5% est attendue, ce qui revient à « un niveau d’émissions de 65% au-dessus de celui de l’année de référence » (1990), estime GCP.

Malgré les progrès des Etats-Unis (+ 2,9 % tout de même, suite au rebond de la consommation de charbon) et les bons résultats de l’UE (- 1,8%), la Chine et l’Inde auraient ainsi vu leurs émissions de GES décupler (+ 4,1% et + 5,1% respectivement). Des résultats mis en perspectives par l’UNFCCC qui nous précise que, de 1990 à 2011,  les émissions de gaz à effet de serre (GES) ont augmenté de 214% en Chine, 130% en Inde, 8% aux Etats-Unis et baissé de 18% dans l’UE. Bien entendu, les premiers intéressés, Pékin et New Delhi, n’étaient pas présents au sommet du 23.

En clair, souligne Glen Peters, auteur d’une étude publiée simultanément par le Centre de recherche pour le climat et l’environnement– Oslo (CICERO) « Les émissions mondiales devraient enregistrer des réductions d’au moins 7% par an pour avoir une chance de rester en phase avec l’objectif des 2°C ». Autant dire qu’une réelle volonté politique doit être mise en œuvre au plus tôt. Pour faire écho au message des marcheurs pour le climat du monde entier : « Messieurs les chefs d’Etat, agissez ! »… Maintenant !

 

Pour en savoir plus

Le site du Sommet Mondial pour le Climat 2014

Le site du ministère français de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur la COP 21

Le site du Fonds vert pour le climat

Le bulletin annuel de l’OMM

L’analyse des tendances d’émissions mondiales du Global Carbon Project

L’étude de l’UNFCCC

L’étude de CICERO

 

Catégories: Développement durable

Tags: ,,,,,,,