Entretien avec Mathieu Bernard, prochain VP Interne de l’AEHEC

Du secondaire jusqu’au Cégep, et maintenant à l’université, mon chemin et celui de Mathieu Bernard se sont souvent croisés. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas notre futur VP aux affaires internes, ses nombreuses implications peuvent parler d’elles-mêmes. Mathieu a débuté à s’engager dans la vie « HECienne » en tant que VP aux compétitions de son groupe (2019-2020). Il est important de souligner son statut de président du Comité Sports et Loisirs Convergence (2020-2021) ainsi que sa participation au fameux Défi Académique du CCHEC (2021).

Celui qui occupera les fonctions de VP aux affaires internes poursuit actuellement une spécialisation en comptabilité. De fait, Mathieu désire, comme nombreux étudiants, obtenir le titre de CPA prochainement.

Qu’est-ce que tes implications passées t’ont apporté jusqu’à présent?

« Sincèrement, j’ai appris beaucoup » débute-t-il. « C’est certain que mon rôle de président dans le CSL (Comité Sports et Loisirs Convergence) m’a permis d’en apprendre énormément sur la gestion. Sans rien enlever aux autres postes que j’ai occupés, celui dans le CSL nécessitait une rigueur soutenue en matière de planification. Sans aucun doute le rôle le plus important que j’ai occupé jusqu’à aujourd’hui. On parle tout de même d’une cinquantaine d’événements organisés cette année, et ce, en ligne » termine-t-il.

Dans ton plan d’action, tu mentionnes vouloir donner de « l’autonomie » aux futurs comités. Peux-tu élaborer un peu là-dessus?

« Effectivement, c’est une vision que je possède. Il faut comprendre que ces futurs étudiants n’ont jamais vécu les événements en présentiel. Par conséquent, il est difficile pour cette cohorte d’imaginer et d’organiser des événements d’envergures. Autant que ça nécessite un encadrement, autant on pourrait assister à une atmosphère jamais vue » lance-t-il.

Selon Mathieu, le fait qu’ils n’ont pas d’expérience pourrait leur être bénéfiques. Effectivement, ils ne seront pas influencés par ce qu’ils ont vu dans le passé. En réalité, ces futurs comités peuvent tracer leurs projets sur une feuille complètement blanche.

« Avec mon expérience, je pense pouvoir offrir les outils nécessaires, que ce soit avec le Guide [email protected] ou avec des séances de Coaching événementiel. Comme mentionné précédemment, l’équipe du CSL a organisé une cinquantaine d’événements en ligne. Par exemple, la « Maizoom » pouvait attirer plus de 200 personnes. Peux-tu croire que du monde restait jusqu’aux petites heures du matin dans ces événements virtuels là? Pour vrai, c’était incroyable à organiser » renchérie-t-il.

Parlant du Guide [email protected], peux-tu m’expliquer ça représente quoi exactement?

« En fait, c’est une des initiatives que je souhaite apporter dans mon mandat. Initialement, le concept provient de Benjamin Brodeur (ex-VP aux affaires internes). Pour résumer, l’idée c’est de créer une espèce de plan pour l’organisation des trois catégories suivantes : le [email protected] en présentiel, le [email protected] et le [email protected] en ligne. De cette manière, on va pouvoir mieux répondre aux nombreux « quoi? » et « comment? ». Ce guide électronique va notamment permettre aux futures cohortes de trouver rapidement les nombreux contacts nécessaires à l’organisation des événements » élabore-t-il.

On saisit que les prochains comités pourront se concentrer sur le volet créatif que logistique des [email protected], ce qui, à mon sens, est plutôt prometteur.

Dans ton plan d’action, tu mentionnes vouloir créer des alternatives aux [email protected] traditionnels, soit en ligne. Quelle plateforme comptes-tu utiliser?

« Puisqu’on a eu du succès dans le passé avec la plateforme Zoom, je dirais qu’on s’aligne dans cette même direction. Toutefois, dans l’éventualité où on trouverait une alternative mieux adaptée à nos besoins, il est possible qu’on change notre fusil d’épaule » explique-t-il.

Tu souhaites bâtir une escouade interne. Peux-tu me dire quels genres de personnes recherches-tu?

« Je suis heureux que tu soulèves ce point. En fait, je considère que c’est une nouveauté que je souhaite amener. Pour faire une histoire courte, je recherche trois étudiants pour compléter mon équipe ».

« Tout d’abord, celui ou celle qui occupera le rôle de responsable [email protected] doit être dynamique et sérieux. De fait, la gestion du bar à alcool demande beaucoup d’encadrement pour éviter quelconque débordement. Pour ce poste, j’aimerais bien pouvoir me fier sur un(e) troisième année, car ils ont l’expérience des événements en présentiel. Ensuite, le (ou la) responsable comité va principalement m’assister, c’est-à-dire dans la prise de décision ainsi que dans les tâches à accomplir. Pour terminer, le (ou la)  responsable logistique s’occupera de la gestion du calendrier événementiel » conclut-il. Mathieu affirme que les deux derniers postes seront ouverts aux deuxièmes années, car il désire bâtir « la relève ».

Autrement dit, il souhaite forger les futurs candidats des prochains mandats.

Si après la lecture de cet article vous n’avez toujours pas compris qui est Mathieu Bernard, je vais employer sa fameuse image de la « soccer mom ». Franchement, cette analogie utilisée dans son plan d’action est très juste. Je pense que, l’an prochain, la communauté étudiante a besoin de cette vague d’amour, de soutien et de partisanerie qu’apporte une « soccer mom » dans une équipe. Mathieu possède ces qualités, et je lui souhaite, sincèrement, bonne chance.

2