Entretien avec Élise Hourlier, prochaine VP Développement Durable de l’AEHEC

Il y a quelques jours, j’ai eu l’opportunité d’échanger avec notre nouvelle Vice-Présidente au Développement Durable, Élise Hourlier.  Ensemble, nous avons partagé sur l’écologie, sa vision du monde, son mandat et de ses divers projets. En voici quelques brides, exclusivement pour vous !

Au-delà d’un titre, qui est Élise ? 

J’aurais aimé débuter cet article en jouant sur certains préjugés qui collent à la peau du développement durable. Il m’a fallu moins d’une minute avec notre nouvelle Vice-Présidente pour abandonner cette idée. À elle seule, Élise déjoue et contredit chacune de ces idées-reçues, rendant la notion de développement durable à la portée de tous

Baignée depuis son plus jeune âge dans cette optique de protection et de préservation, sa venue à Montréal n’a fait que renforcer ce dévouement. Dès le début de son cycle universitaire, notre élève en logistique et développement durable, agit en faveur de l’écologie au sein de la communauté étudiante. 

D’abord chargée de projet pour le groupe HumaniTerre, elle devient très rapidement Vice-Présidente projet pour ce comité. Intégrer ce collectif lui permet alors d’allier deux grands piliers de son quotidien : le contact humain et l’environnement. 

« J’aime être proche des autres au quotidien grâce à mes actions. »

Élise Hourlier, Vice-présidente au Développement Durable

Finalement, bien que devenir Vice-Présidente ne soit pas sur sa liste d’objectifs en arrivant à HEC, il s’agit de la suite logique des choses. À forces de discussions, mais aussi de soutient et de motivation de la part de ses amis, cette envie a fini par devenir réalité. 

Les élections à distance, est-ce réellement des élections ? 

La pandémie a changé de nombreuses choses je vous l’accorde. Seulement, s’il y a une chose qu’elle n’a pas pu nous enlever, c’est cet esprit de fédération et de partage propre aux élections. Évidemment, je pourrais épiloguer sur le sujet des heures durant. Élise résume cependant bien mieux cette semaine électorale. 

« Bien que ce soit à distance, j’ai trouvé ces élections numériques hyper stimulantes ! On a vraiment ressenti cet esprit de partage et de cohésion qui nous manque depuis bientôt un an. Cette atmosphère d’union autour d’un tel évènement montre aussi toute la force et la résilience des étudiants. » 

Élise Hourlier, Vice-présidente au Développement Durable

Comment faire verdoyer HEC ? 

Maintenant que nous connaissons davantage notre Vice-Présidente, il est temps de s’intéresser à son mandat.

La priorité est de sensibiliser et de rendre le développement durable accessible. Compensation carbone ou encore tri sélectif ne doivent plus sonner comme des chimères aux multiples définitions. Il est essentiel de comprendre et de simplifier ces notions afin d’agir.

« Mon but c’est vraiment d’apporter des clés. Je ne suis pas là pour apporter un discours moralisateur à une personne qui tente à son échelle de modifier ses habitudes. Mon rôle, c’est de mettre à disposition des étudiants des clés, des pistes et des alternatives qu’ils peuvent utiliser et appliquer s’ils le souhaitent. »

Élise Hourlier, Vice-présidente au Développement Durable

Les étudiants ne sont par ailleurs pas les seuls acteurs de ce changement. Les comités et l’école ont également leur rôle à jouer. 

La compensation carbone : récompenser les comités qui se mettent au vert. 

Le but de ce projet est simple : chaque comité qui fera l’effort de se tourner vers des partenaires plus responsables, mais qui en contrepartie devra fournir un investissement financier plus important se verra récompenser.

« Si un comité fait l’action de débourser plus en se tournant vers des partenaires plus durables, je souhaite le récompenser et compenser sa dépense en lui donnant à mon tour une certaine somme. » 

Élise Hourlier, Vice-Présidente au Développement Durable

Ici, l’enjeu n’est pas seulement financier. Au-delà de l’aspect monétaire, l’objectif est d’ancrer ce mécanisme de recherches et d’adoption de partenaires plus soucieux dans les mœurs de la vie associative

HEC : à chacun sa part de responsabilité  

L’école doit aussi suivre la tendance. Proposer une multitude de poubelles et lancer des projets tel qu’HECtare Urbain, novateur mais peu accessible, ne suffit plus. Il faut agir et maintenant. C’est du moins dans cette optique que notre Vice-Présidente s’engage à trouver un terrain d’entente entre qualité des infrastructures et conscience écologique. En effet, bien que l’éclairage soit utile, est-il nécessaire d’illuminer l’intégralité des bâtiments nuit et jour, jours fériés et vacances inclus ? 

Les mots de la fin 

J’ai souhaité conclure cette entrevue en demandant à notre élue de résumer son mandat en trois mots. 

Ainsi, il s’agit avant tout d’un projet rassembleur et accessible dans lequel la collaboration de chacun est nécessaire. Élise se qualifie « d’impatiente » et de « reconnaissante » à l’idée de pouvoir partager ses prochains mois avec chaque membre de l’AEHEC. Elle n’oublie toutefois pas de clôturer notre échange en soulignant l’importance de l’implication étudiante au sein de cette nouvelle dynamique. 

« Chaque étudiant à son mot à dire. Qu’il fasse partie d’une association ou non, sa voix compte. »

Élise Hourlier, Vice-présidente au Développement Durable
15