Élections AEHEC 2017 : Vice-Présidence aux Affaires Externes

Rôle du VP Externe (extrait de la Charte de l’AEHEC) : Il doit veiller à l’élaboration et au respect des politiques générales et des positions de l’AEHEC en matière d’affaires externes et voir à ce qu’elles soient présentées au CA pour délibération. Il est responsable de la visibilité interne et externe des partenaires de l’AEHEC et est donc responsable de la mise en application et du respect des contrats de partenariat impliquant l’Association.

Présentation des candidats :

          Ambroise Lescudier : 

-2ème année trilingue au BAA

-Actuellement en échange à Sydney, Australie

-Membre de l’équipe de golf des Carabins

-Membre marketing et communication, puis président à l’AIESEC

-Responsable des partenariats étudiants pour Busbud

De par ces implications, j’ai pu réellement me rendre compte de l’impact que la vie associative pouvait avoir sur la vie et la carrière des étudiants. En tant que VP Externe, je souhaiterais donc mettre à profit mon expérience, mon réseau et ma passion au service des 4154 étudiants du B.A.A. et de l’Année Préparatoire.

         Jeanne Labelle :

-2ème année bilingue du BAA

-Responsable des relations externes, CSL Unchained

Depuis le début de mon mandat en septembre, je prends plaisir à remplir cette responsabilité. C’est un poste passionnant, et je pense qu’à travers mon expérience et mes compétences je suis capable de contribuer à l’amélioration de la vie étudiante en tant que VP externe de l’AEHEC !

         

           Valérie Van den Abeele :

-2ème année bilingue du BAA

-Actuellement en échange à Mannheim, Allemagne

-VP Finance du groupe 12

-Brigade commandite de Promo Recast

-Escouade du VP Externe AEHEC 50. 

Je veux redonner à la communauté étudiante du HEC qui a su me donner une expérience universitaire incomparable depuis maintenant deux ans. L’AEHEC représente une belle opportunité de mettre à profit mes compétences tout en apprenant davantage sur le domaine. La commandite est une discipline dans laquelle je voudrais faire carrière, je suis donc très motivée à donner le meilleur de moi-même pour ce poste qui serait un premier pas pour moi vers mon futur domaine professionnel.  C’est un beau défi personnel à relever!

  • Comment comptes-tu t’y prendre pour les commandites et le financement ? En connais-tu déjà ? Vas-tu recontacter ceux de cette année ?

Ambroise Lescudier :

Environ 20% des commanditaires de 2015-16 n’ont pas renouvelé leur entente cette année. Il serait donc utopique de penser que 100% vont rester pour 2017-18. J’estime donc également à 80% de fidélisation pour l’année prochaine. Mon projet a pour objectif de garantir la pérennité de l’AEHEC et donc d’augmenter ce taux de fidélisation dès l’année prochaine. (Exemple de partenaires : Videotron, BNC, ASEQ etc.). En ce qui concerne les nouveaux partenariats, je contacterai des entreprises permettant de servir directement la communauté étudiante, soit en permettant de réduire le prix des événements sans affecter leur qualité, soit en faisait directement économiser les étudiants, soit en favorisant le réseautage et ainsi l’employabilité des étudiants. J’ai pu discuter avec de nombreuses entreprises et recruteurs via l’AIESEC dans le cadre de différent projet et conférences au Québec et partout au Canada. Ils ont ainsi démontré un certain intérêt pour les étudiants d’HEC Montréal lorsque je leur ai fait part de mes ambitions. Ainsi, je suis resté en contact avec eux et compte bien les contacter dès le début de mon mandat.

 Jeanne Labelle : 

La recherche de financement est le volet le plus important du poste, et ce sera ma priorité de chercher davantage de financements. Une des stratégies que je souhaite mettre en place sera d’aller chercher des commandites dans les industries avec lesquelles nous n’avons pas encore de partenariats. Ce qui serait extrêmement intéressant, à la fois pour nos étudiants mais aussi pour les entreprises, puisque cela diversifie nos partenaires et permet de prendre en compte l’ensemble de la communauté d’affaire !

Ma responsabilité sera évidemment aussi de fidéliser et de faire évoluer les partenariats déjà existants. La célébration des 50 ans de l’AEHEC représente 50 années riches en partenariats. L’événement d’envergure organisé par l’AE50 représente le meilleur tremplin pour construire une relation forte avec nos partenariats pour les 50 prochaines années !

Valérie Van den Abeele :

A travers mon expérience au sein de mon groupe de classe, de Promo et de l’escouade externe de l’AEHEC, je suis déjà familière avec le processus de recherche de commanditaires. Je compte donc faire une liste des entreprises qui me semblent pertinentes, consulter les autres associations pour bien cerner leurs besoins et être à l’écoute des demandes des étudiants. Je compte tirer profit des nombreux contacts que possède l’AEHEC mais aussi explorer de nouvelles avenues, notamment en entrant en contact avec davantage d’entreprises locales et écoresponsables. J’ai déjà établi une liste de nouvelles entreprises que je souhaite approcher lors de mon mandat et des idées d’activations que nous pourrions mettre en place ensemble. La vaste majorité des contrats établis par Sébastien Lourties se sont très bien déroulés. Nous sommes en bons termes avec les commanditaires, je crois donc que la plupart des contrats seront renouvelés. Toutefois, je crois qu’il est important de faire le bilan avec les entreprises des bons et mauvais points du contrat au cours de l’année pour pouvoir ajuster et optimiser le contrat de l’année suivante.

  • Comment comptes-tu promouvoir l’image d’HEC Montréal aussi bien auprès des entreprises que des autres universités ?

[Jusqu’à présent le VP externe était en charge des commandites et des relations publiques, mais l’exécutif actuel a recommandé au prochain de donner cette responsabilité au VP Communication. Ce sera au prochain exécutif de décider du changement ou non de responsabilités.]

Ambroise Lescudier :

Le côté relation publique au niveau universitaire m’intéresse beaucoup. J’ai déjà eu l’occasion de m’exercer dans ce domaine au cours de mon mandat à l’AIESEC, où je défendais les intérêts de HEC Montréal face à 30 autres universités canadiennes.Je trouve qu’il est nécessaire d’accroître la visibilité de notre école en dehors de celle-ci. Ainsi, je serais pour la collaboration entre associations, et pour l’organisation d’événements inter-universitaires qui augmentent la visibilité et la réputation d’HEC Montréal.

Les relations avec nos partenaires sont au centre de mon projet. Celui-ci est axé sur la pérennité de l’AEHEC. Il y a deux raisons :  tout d’abord, le financement de l’AEHEC permet la mise en place d’activités au sein de l’école, de les améliorer et de les faire perdurer tout en diminuant le prix pour les étudiants. Également, ces partenaires sont nos futurs employeurs, donc l’image qu’ont ces entreprises d’HEC Montréal est extrêmement importante. Le VP Externe, étant le premier ambassadeur des étudiants auprès des entreprises, doit donc renvoyer une image fidèle et complète des étudiants.

Chaque étudiant d’HEC Montréal a un parcours différent : certains s’impliquent dans l’École, certains en dehors, d’autres travaillent et d’autres encore font du sport. Je pense que le fait d’avoir vécu ces différentes expériences me permet de comprendre et ainsi de représenter au mieux chacun des étudiants dans le monde des affaires.

 Jeanne Labelle : 

Représenter HEC Montréal au sein de la communauté d’affaires sera également une des grosses responsabilités du VP externe. Tout d’abord, mon premier objectif sera de faire rayonner HEC Montréal et ses activités auprès des partenaires. Beaucoup d’activités réalisées par les étudiants (le Noël des enfants, la semaine humanitaire du CSL…) méritent d’être visibles et promues à l’externe. Cela apporte une valeur ajoutée et une meilleure reconnaissance de nos diplômes, ce qui est bénéfique pour l’ensemble des étudiants ! Ensuite, mon deuxième objectif est de personnaliser davantage nos relations avec nos partenaires. Le CRM mis en place par l’exécutif de cette année sera le meilleur outil pour permettre d’améliorer nos approches auprès des partenaires. L’accès aux informations sera facilité et nous permettra d’améliorer notre suivi (en plus d’être un élément clé du travail avec l’escouade et les Vp Externes de chaque comité). Puisque nous sommes tous ambassadeurs de HEC Montréal lorsque nous approchons les entreprises, une meilleure communication renforcera notre image auprès de celles-ci. Enfin, je souhaite maximiser les échanges et les interactions entre nos partenaires et les étudiants. Il est important que nos partenaires voient les retombés et l’impact positif qu’ils ont sur les étudiants. Plus d’échanges signifient aussi plus d’opportunités de recrutement.

Le dernier conseil exécutif a suggéré de redistribuer la tâche de représentation auprès des autres universités au VP Communication. Chaque université est gagnante en ayant plus d’échanges entre elles. Il serait très enrichissant pour l’AEHEC de rencontrer annuellement, en plus des rassemblements que nous connaissons déjà comme le RÉFAEC, les 3 autres facultés de gestion des universités montréalaises pour discuter des enjeux qui nous touchent tous et pour développer des partenariats inter-universitaires potentiels. C’est un projet que j’aimerais développer pour permettre la mise en place d’événements communs à différentes universités (avec, par exemple, l’organisation d’un partenariat avec une autre université pour une conférence ou soirée réseautage). Je pense donc que cette responsabilité doit rester celle du VP externe.

Il faut saisir toutes les opportunités où toutes les universités sont réunies afin de travailler sur des relations saines et enrichissantes. Lors des compétitions inter-universitaires, il y a parfois le risque qu’un climat trop compétitif s’installent entre les universités, c’est important de rétablir un équilibre, notamment en s’entraidant, et en créant un climat où chacun peut apprendre de l’autre. Cette responsabilité relève, à mon sens du VP externe.

Valérie Van den Abeele :

Je crois que la préparation du VP Externe avant ses rencontres avec les entreprises joue un grand rôle dans l’image qu’il ou elle donne de HEC Montréal. Les partenaires sont nos employeurs de demain, il est donc important de garantir le sérieux et la réputation du diplôme de HEC à travers de bonnes relations professionnelles. Le VP Externe travaillera aussi en étroite collaboration avec le VP Communication, qui occupera maintenant un poste qui s’apparente davantage à un responsable des relations publiques, pour transmettre une image professionnelle de HEC Montréal. Ensemble, ils pourront développer de bons outils pour transmettre une image professionnelle de notre école tant sur le terrain que sur les réseaux sociaux. Dorénavant, le VP Communications sera chargé des relations publiques. Ainsi, il sera davantage concerné par les relations entre les universités. Toutefois, en tant que VP Externe, je compte définitivement encourager la tenue d’événements entre les universités (comme le HM) pour favoriser la création de liens entre les étudiants. Je vois la rencontre des étudiants de plusieurs établissements universitaires comme une belle opportunité de réseautage et d’épanouissement pour tous. De plus, en unissant nos forces à celles d’autres universités, cela nous ouvre un éventail de possibilités d’activités différentes et enrichissantes.

  • Si tu es élu(e), quels seront tes projets et tes enjeux pour l’année prochaine ?

[Logiciel CRM : Le CRM est une plateforme qui a pour objectif d’optimiser le traitement et l’analyse des données relatives aux clients et prospects]

Ambroise Lescudier :

Je souhaite garantir la pérennité de l’AEHEC, pour garantir la qualité de nos événements, et la valeur de notre diplôme dans le monde des affaires. Mon projet est composé de 3 points majeurs qui sont la recherche de partenariats, l’implantation d’un logiciel de CRM, et mettre l’action sur le suivi et la formation des comités.

-Tout d’abord, évidemment, la recherche de partenariats pour l’AEHEC et ses comités. Je souhaite fidéliser les anciens, et établir puis fidéliser les nouveaux partenaires. 

-Je souhaite implanter un logiciel de CRM dans tous les comités de l’AEHEC. Cela permettrait d’optimiser les interactions entre l’AEHEC, les comités, leurs partenaires ou futurs partenaires. Ce logiciel permettra d’avoir une base de données commune, de faciliter le suivi et la fidélisation de nos partenaires, mais également de réduire le cannibalisme entre comités, et de faciliter le suivi des comités.

-Je veux mettre l’accent sur le suivi et la formation des VP Externes des comités dans le but de faciliter leur travail et de renvoyer une image plus cohérente à nos partenaires et potentiels partenaires. Le VP Externe et son escouade sont là pour soutenir les VP Externes des comités, donc en complément du CRM, je souhaite notamment mettre en place des formations régulières personnalisées, une table des VP externes mensuelle, avec un suivi en amont de la réunion pour y arriver avec les ressources nécessaires à chacun des VPs Externes.

 Jeanne Labelle :

Mon principal objectif pour l’année prochaine est de faire du poste un rôle qui dépasse celui de la recherche de financements. Évidemment cet aspect sera primordial, mais je souhaite également m’investir dans d’autres responsabilités du poste, notamment par deux volets. Tout d’abord, en améliorant le rayonnement d’HEC Montréal à l’extérieur (entreprises et universités). Ensuite, en développant des partenariats stratégiques, qui ne relèvent pas forcément de l’aspect monétaire, mais qui permettent de créer plus d’outils et d’opportunités pour les étudiants. Par exemple, en organisant des conférences et événements avec des invités inspirants pour les étudiants. Je souhaite qu’il y ait plus d’échanges entre la communauté d’affaire et les étudiants afin de créer des liens plus étroits et plus forts, ce qui sera bénéfique à la fois pour les étudiants et pour les entreprises et potentiels futurs employeurs.

Valérie Van den Abeele :

Ma mission sera de faciliter le processus de recherche de commanditaires et de trouver des entreprises partenaires qui sont à l’image des étudiants. J’ai trois projets principaux que je souhaite mettre sur pieds lors de mon mandat pour y arriver :

-Tout d’abord, j’organiserai davantage de formations pour les VP Commandites et je permettrai à tous les étudiants du BAA d’y assister. Avec une formation solide, les VP commandites pourront mieux performer au sein de leurs comités et ainsi, permettre à plus d’activités de prendre place à moindres coûts.

-Ensuite, je développerai davantage de partenariats locaux et écoresponsables. Je crois que ce sont des valeurs importantes aux yeux de notre communauté étudiante et qu’il faudrait les valoriser davantage.

-Enfin, je mettrai en place une plateforme web commune entre les VP Commandites pour mieux gérer les partenariats. Ceci permettra de contrer le cannibalisme inter-comités tout en facilitant le suivi effectué par le VP Externe.

  • On constate souvent qu’en étant populaire il est peut-être plus facile de gagner une élection, penses-tu que c’est effectivement le cas ? Si, oui qu’en penses-tu ? Le monde des associations peut parfois être perçu comme un cercle assez fermé, qu’en penses-tu ?

Ambroise Lescudier :

Je ne pense pas vraiment que ce soit une question de popularité. Cependant, il est vrai que le monde associatif peut sembler comme un cercle restreint et qui peut donc repousser les personnes ne s’y impliquant pas. On parle également chaque année de barrière ou de rivalité entre les groupes d’intérêts et l’AEHEC. Bien que cela relève davantage du VP Interne, je pense nécessaire de collaborer ensemble pour donner une image plus accueillante, plus rassembleuse et plus proche des étudiants. En ce qui me concerne, je viens des groupes d’intérêts, et ma présence sur l’exécutif de l’AEHEC prouverait que l’AEHEC n’est pas tant « fermée ». Ma candidature est motivée par ma passion, mon réseau et mon expérience dans les relations externes, que je souhaite mettre à profit du plus grand nombre d’étudiant. L’AEHEC œuvre pour les 4154 étudiants du B.A.A et de l’année préparatoire et non pas seulement pour les 500 personnes impliquées dans le monde associatif de l’École. C’est pour cela qu’il est essentiel que l’ensemble des étudiants votent aux élections afin que les nouveaux membres exécutifs de l’AEHEC et de ses comités (Promo, CSL, Prépa) les représentent au mieux. 

Jeanne Labelle:

J’espère sincèrement que ce n’est pas le cas, surtout à l’échelle de l’AEHEC. Les étudiants votent pour chaque poste et non pour une équipe donc j’espère que les étudiants votent pour les idées, les propositions, les compétences et l’expérience des candidats et que les élections ne soient pas une sorte de concours de popularité. Cependant, s’impliquer dans les associations étudiantes, surtout dans un comité comme le CSL, représente aussi une visibilité accrue auprès des étudiants. Cette visibilité est aussi le reflet d’un travail acharné, et donc d’une expérience pertinente pour un poste futur dans l’AEHEC. Il ne faut donc pas voir cette visibilité comme quelque chose de négatif ou d’injuste. L’image de l’AEHEC comme étant un cercle assez fermé, est une question qui se pose. Il est certain qu’il est nécessaire d’encourager les échanges et les activités pour les étudiants qui ne s’impliquent pas forcément. Je pense notamment à l’événement pour les 50 ans l’AEHEC. Les activités offertes touchent tous types d’étudiants. C’est un événement très rassembleur et c’est ce type d’activités qu’il faudra continuer à mettre de l’avant l’année prochaine ! Cependant, il est également possible d’agir à plus petite échelle. Par exemple, en faisant du salon L’Oréal un réel endroit de partage avec tous les étudiants, ce qui pourra favoriser les échanges entre les comités de l’AEHEC, les groupes d’intérêts et plus largement l’ensemble des étudiants.

Valérie Van den Abeele :

Je crois qu’il est vrai que la popularité a un effet sur les résultats des élections, si l’on définit les gens populaires par ceux qui ont le plus de visibilités au sein de l’école. Souvent, ces gens sont ceux qui se sont impliqués dans les associations et qui ont participé activement aux événements de la vie étudiante. Cette visibilité est méritée puisque l’implication étudiante demande temps et efforts, en plus d’être très formatrice. Toutefois, populaires ou non, tous les candidats présentent de bonnes idées dans leurs plans d’action, c’est pourquoi il est important d’inciter les étudiants à y porter attention. La victoire de gens populaires aux élections est partiellement due au fait que plusieurs étudiants votent pour une personne plutôt qu’un plan d’action, un contenant plutôt qu’un contenu. Les électeurs ne font pas toujours l’effort de bien s’informer au sujet des candidats et votent pour celui dont le nom leur paraît familier, qui est souvent le candidat populaire. Il est aussi vrai que le monde des associations peut sembler fermé aux yeux de plusieurs. J’œuvrerai activement à briser cette barrière, entre autre, en ouvrant la formation offerte aux VP Commandites à tous. Ceci permettra à plusieurs de démontrer leur intérêt pour les associations et d’avoir une longueur d’avance pour y mettre le pied l’année suivante. Il sera aussi important de se pencher sur cette problématique avec les autres VP de l’AEHEC pour créer des événements plus rassembleurs. Il est primordial que tous les étudiants perçoivent HEC comme une grande famille où chacun a l’opportunité de contribuer à la vie étudiante s’il le désire ! Le mandat de l’AEHEC consiste à œuvrer pour tous les étudiants, qu’ils soient impliqués ou non dans la vie étudiante.

           La question en plus :

  • Comment comptes-tu faire campagne et promouvoir ta candidature tout en étant en échange ?

Ambroise Lescudier :

Alors évidemment, c’est un défi. Cependant, j’ai décidé de me présenter fin-octobre, ce qui m’a laissé le temps de m’organiser, de me renseigner et de créer mon projet avant mon échange.  Ainsi, j’ai pu me préparer au mieux et achever mon plan d’action avant de partir en Australie !

Il y a 15h de décalage entre Sydney et Montréal, je vais donc vivre la nuit pendant toute une semaine. Nous sommes plusieurs candidats en échange, et je pense que notre forte implication depuis l’étranger prouve notre motivation. Pour le poste de VP Externe il y a deux ans, Franck Galiffi était dans la même université en échange que moi, et l’a emporté !

Dans la mesure où j’aurai une forte présence sur les médias sociaux, une bonne connexion internet, et une équipe sur place en qui j’ai entièrement confiance, je ne vois pas vraiment la distance comme un véritable obstacle. Je serais donc entièrement disponible, et le meilleur candidat avec le meilleur plan d’action l’emportera !

Valérie Van den Abeele :

2 mots : Organisation et planification! Ma candidature était déjà prévue depuis plusieurs mois. Ainsi, j’ai fait tout ce qu’il m’était possible de faire avant mon départ et je continue à travailler sur ce projet de façon quotidienne durant mon échange. Ensuite, il faut évidemment développer un bon plan de communication pour combler notre absence. Il suffit d’être créative, motivée et assidue ! Enfin, je me suis entourée d’une équipe de gens extraordinaires qui me remplacent à Montréal et effectuent les tâches qui me sont impossibles. C’est un travail d’équipe, tout comme le VP externe avec son escouade !

Jeanne Labelle :

  • On peut constater, que dans certaines associations (notamment l’AEHEC), il y a très peu de femmes à des postes importants, qu’en penses-tu ? Comment y remédier ?

Il est primordial que l’AEHEC représente l’ensemble des étudiants (québécois, étudiants étrangers, femmes, hommes, etc.). Cette année, il y a beaucoup de candidatures de filles aux élections de l’AEHEC. C’est très intéressant, car cela témoigne que les filles sont peut-être plus à l’aise de se présenter. Ces questions sont très importantes et il est nécessaire d’y faire attention pour que la dynamique qui s’opère actuellement ne se perde pas ! Je souhaite que l’AE51 continue d’inspirer les femmes à se présenter pour l’AE52 et toutes les années qui suivront !

Catégories: Élections AEHEC 2017