Édition spéciale : rencontre avec Nicole Laboursodière

Aujourd’hui, j’ai été à la rencontre de la doyenne du monde associatif de HEC Montréal, soit Nicole Laboursodière. Pour connaître son rôle clé et essentiel chez les associations, je lui ai posé une série de questions qui suscitent la nostalgie, la joie ou encore la passion de toutes ses expériences, ici, aux HEC entre les pavillons Descelles et Côte-Sainte-Catherine.

Allons à sa rencontre!

Quel est votre rôle dans l’administration de HEC Montréal?

« En tant que secrétaire administrative, mon rôle premier est de gérer tous les dossiers administratifs et les transactions comptables de l’AEHEC. Dans le monde des associations, je travaille principalement avec Brendan, le président, ainsi que Ian, le trésorier. Une fois que les finances sont mises en ordre, une firme de bureau comptable fait la vérification, soit l’audit de nos états financiers. »

Depuis combien de temps occupez-vous ce rôle et pourquoi avez-vous décidé de vous enraciner à HEC Montréal ?

« Cela va faire 42 ans que j’occupe ce poste. Par un concours de circonstances, je suis passée par une agence de placement qui affichait le poste de secrétaire administrative pour l’AEHEC. À l’époque, c’était Michel Patry, soit l’ex-directeur de HEC Montréal (2006-2019), qui m’avait chaleureusement accueilli. J’ai ainsi commencé à travailler en duo et, puisque je me suis démarquée au niveau des étudiants, on m’a proposé d’être l’unique responsable de ce poste. Dans un premier temps, cette promotion m’a rendu ambivalente, car j’avais peur de manquer des opportunités. Évidemment, cette promotion a été la plus belle opportunité de ma carrière en m’enracinant à HEC, parce que j’ai rencontré des personnes exceptionnelles comme Michel Patry et Pierre Vincent Roche, ancien directeur de placement. »

Résultat de recherche d'images pour "michel patry"
Michel Patry, embaucheur de Nicole

En tant que secrétaire administrative, y a-t-il une routine quotidienne? Si oui, en quoi consiste-t-elle ?

« Certains dossiers comme les intégrations d’automne et hiver ont les mêmes dates, donc on les connait. Par exemple, on sait les places et les bus réservés. C’est le premier cas répétitif. Ensuite, durant le reste de l’année, il y a toujours des surprises. Par exemple, les technologies sont en constante innovation, ce qui nous pousse toujours à réviser nos fonctionnements et les contrats avec les compagnies tiers. De plus, je ne suis pas limité à l’AEHEC au niveau administratif. J’aide tous les comités comme Promo Paradox ou Prépa Cosmos par exemple. En fait, je suis la personne ressource principale pour tous les comités sous l’AEHEC.  D’ailleurs, les groupes d’intérêts comme le Comité Blockchain passent indirectement par moi aussi, s’ils ont une demande particulière qui se rapporte au conseil exécutif. »

Concrètement quelles sont vos tâches au niveau de la comptabilité, des finances ou plus largement de la trésorerie de l’AEHEC ?

« J’utilise un système comptable simple. Une à deux fois aux deux mois, j’envoie une copie au vérificateur pour mettre à jour nos comptes. Après, il y a beaucoup de négociations entre les différents partis comme l’enjeu avec les rapports RFID et les cotisations des commanditaires puisqu’elles sont l’une des sources premières de revenu de l’AEHEC. De plus, j’assure que tous les dossiers soient à jour pour sortir les états financiers. Je rencontre des vérificateurs durant période estivale. Je fais les rapports de taxes de la TPS et TVQ trimestriellement. Bref, je dois assurer que tout soit mis à jour et complété avant la date financière qui se termine le 31 mai.»

Quelle est l’une des anecdotes les plus comiques dans votre carrière?

« Être prise au piège par « Les insolences d’un téléphone » sur les ondes du réseau Télémédia de Tex Lecor! Durant la période du fameux carnaval du CSL, des étudiants ont contacté Tex Lecor pour qu’il m’organise un « prank ». En bref, j’ai été prise dans une querelle avec une étudiante mentalement instable (fausse) et quelques moments plus tard, cette même étudiante revient gifler un directeur. C’est à ce moment que je suis appelée par Tex Lecor (en simulant la femme de la fille instable). Tex, avec beaucoup d’insolence, réussi à me mettre en furie. C’est comme ça que l’AEHEC a toute une prise de carnaval, car je me suis faite enregistrée en appel sur les ondes de Télémédia où plus de 200 000 auditeurs ont pu m’entendre dans ce coup monté! »

Résultat de recherche d'images pour "tex lecors"
Tex Lecor

Quelle est l’année la plus marquante à HEC Montréal ?

« D’un point de vu organisationnel : quand nous avions déménagé entre 1997 et 1999 de Decelles à CSC. C’était une logistique très complexe et une situation très périlleuse au niveau de la transition de tous les comités. »

Quelle était la situation la plus difficile à régler avec l’AEHEC ?

« En 2007, nous avions cherché l’aide de l’ancien exécutif de l’AEHEC en tenant un conseil d’administrations jusqu’à 4h du matin, car il fallait impérativement changer l’exécutif de cette année en raison d’une très grosse mauvaise gestion à l’interne. »

Résultat de recherche d'images pour "aehec"

Quand prendrez-vous votre retraite et que comptez-vous faire par la suite?

« Depuis les dernières années, je signais toujours des contrats de trois ans. Toutefois, à la suite de mon dernier contrat de deux ans se terminant le 31 mai 2020, je suis maintenant prête à renouveler le contrat une année à la fois. Personnellement, mon réseau d’amis ont pris leurs retraites, donc je pense tranquillement à la démarche pour former la prochaine personne qui prendra mon poste. À noter que je suis et je serai toujours animée par mon métier.

Un de mes gros projet à la retraite est l’acquisition du chalet de mon père à Saint-Sauveur-des-Monts. C’est l’endroit de jeunesse que je tiens à cœur en raison de tous les souvenirs et du bon air frais.

Par ailleurs, je ne cherche pas à tout prévoir d’avance, car les plus belles choses dans la vie ne se prévoient pas.

Finalement, j’aimerais beaucoup conserver un pied à HEC pour observer l’évolution de l’AEHEC notamment. J’ai ainsi un poste au conseil d’administration qui m’attend une fois à la retraite. »

Une parole de sagesse à transmettre : « soyons transparent dans un milieu associatif afin de créer une image transparente pour conserver une continuité stable. »

10