Dans les coulisses de l’Electro Fashion Night – Modern Jungle…

« Et 1… 2…3… 4… Les bras le long du corps, on garde le rythme ! »

Les mannequins qui s’enchaînent encore et encore, tout doit être parfait et chaque pas est calculé au millimètre près…. Pas de doute, nous sommes en pleine répétition du défilé Eletro Fashion Night qui aura lieu mardi 20 novembre. Alors réserve ta soirée car tu ne veux pas manquer ça !

Alors que tous les étudiants s’apprêtent à quitter Decelles en fin de journée, une petite équipe se rejoint pour répéter le défilé sur lequel ils travaillent depuis des mois. À l’approche de la grande soirée, chaque détail compte et la préparation est minutieuse…

Aujourd’hui, l’Intérêt t’emmène dans les coulisses du défilé et te montre l’envers du décor…

 

Dans un coin de la salle, les défilants plaisantent entre eux et une bonne ambiance se fait ressentir. Mais s’ils semblent à l’aise et détendus, tous s’accordent à dire que défiler n’est en réalité pas du tout évident.

Pour certains, marcher en rythme est un réel défi. La musique est soit trop lente, soit trop rapide, soit c’est ton coéquipier qui fait des plus grands pas que toi… la coordination n’est pas évidente !

Pour les filles, les talons sont de rigueur et « la peur de tomber est une réelle source de stress » affirme Isia Arcangeletti qui défile pour la première fois.

Mais ce n’est pas tout ! Oliver Baervoets-laplante (notre incroyable mannequin quatorzien) nous explique également que le tout n’est pas seulement de savoir marcher, c’est aussi d’être capable de retenir tous leurs passages et leurs tableaux. Pas si facile d’être mannequin !

D’autres s’inquiètent aussi des tenues qui seront attribuées, et on me dit même dans l’oreillette que Gaspard Guermonprez redoute de défiler en pantalon rose et chandail jaune… À ne pas manquer !

Être défilant, ce n’est donc pas si simple et sûrement pas de tout repos : « on sous-estime souvent la fatigue que l’on peut accumuler avec les nombreuses répétitions tard le soir et la pression les jours qui précèdent le défilé » nous explique Lola Grumbach.

De l’autre côté de la salle, l’équipe d’Expression coordonne les passages et s’assure que tout s’enchaine parfaitement. Pas si évident que ça compte tenu du nombre de mannequins. Pour la présidente, Coralie Vachon, « à quelques jours du défilé, le grand défi c’est surtout la coordination entre tous les membres de l’équipe qui ont travaillé très fort et l’attention de chacun aux détails ».

Cette année, Expression veut immerger le spectateur dans un thème Modern Jungle, où les mannequins et danseurs se succèderont sur des musiques envoutantes et une ambiance intime. Ce thème concilie le côté urbain et moderne de la ville, s’opposant à l’exotique et le floral de la jungle que l’on pourra retrouver dans les tenues.

« Quelque part, c’est un peu oxymorique Modern Jungle, parce que finalement, il n’y a rien de plus primitif que la jungle » nous dit si bien Gaspard Guermonprez.

Catégories: Événements

Tags: ,,,,