« Il faut rester soudés plus que jamais » : témoignage d’une étudiante Russe sur les conséquences de l’invasion de l’Ukraine

Le témoignage dans cet article est personnel et ne représente pas l’avis général du peuple russe. Le point de vue de l’article reste neutre et la seule prise de position est celui de Ksenia. Pour une lecture plus fluide du texte, les citations ont été adaptées.

Le 24 février 2022, les troupes armées répondant au commandement du président russe Vladimir Poutine ont envahi l’Ukraine. Les réactions de la communauté internationale n’ont pas manqué, stupéfaction, peur et incompréhension pour certains. Au cœur de ce conflit que Vladimir Poutine refuse de décrire comme une « guerre », il y a deux peuples. Le peuple ukrainien et le peuple russe. La médiatisation et les images choc circulant sur le net nous montrent l’atrocité que subissent les Ukrainiens, mais que sait-on du ressenti du peuple russe ?  Ksenia, une jeune étudiante en architecture russe de 19 ans, a accepté de répondre aux questions du Journal afin de nous donner un point de vue différent sur la situation.

« Tout le monde sait en Russie qu’en Ukraine se produit une liquidation d’armes afin de forcer le pays à prendre un statut neutre afin que les troupes de l’OTAN ne puissent pas s’installer et etc. Le 21 février, l’OTAN a mis en état d’alerte les engins nucléaires et l’armée ukrainienne a commencée à se rapprocher des frontières russes (la date est importante : l’armée Russe a pris les devants le 24 février). C’est ce que j’ai appris à travers mes connaissances, amis et proches qui travaillent dans des structures du pouvoir. »

« C’est une guerre fratricide »

« C’est une guerre fratricide » comme dirait l’historien et spécialiste du monde orthodoxe Jean-François Colosimo. En effet, au cours de l’histoire les deux pays ont toujours été liés, la civilisation russe naît dans la Russie Kiévienne au 9ème siècle. Cette principauté avait comme capitale Kiev, comme l’Ukraine actuelle. Dans l’imaginaire russe cette région représente donc le berceau de leur civilisation. A partir du 18ème siècle, la quasi-totalité de l’Ukraine appartient à l’Empire russe. Après une brève période d’indépendance, elle est intégrée en 1922 à l’Union soviétique. En 1991, l’URSS s’effondre et l’Ukraine accède à l’indépendance mais l’influence russe reste ancrée dans les esprits, en particulier dans le sud et l’est du pays. Dans ces régions, le russe est la langue maternelle de plus de 60% de la population.

L’élection présidentielle de 2004, marque un tournant historique pour l’Ukraine. Elle oppose le libéral Viktor Iouchtchenko, tourné vers l’Occident et le pro-russe Viktor Ianoukovitch soutenu par Vladimir Poutine. Le candidat pro-russe, Ianoukovitch est donné gagnant au second tour, ce qui entraine la révolte de milliers d’ukrainiens : c’est la révolution orange. Le résultat de l’élection est finalement annulé par la cour suprême sur fond de soupçons de fraude électorale et un nouveau scrutin est organisé. Il donne la victoire au candidat libéral et ce résultat accentue la scission du pays.

L’Ukraine commence à se rapprocher de l’Europe. Cette proximité ne cesse d’inquiéter Moscou, étant donné qu’en 2004 déjà, 7 pays de l’ex-bloc Soviétique font partie de l’OTAN. Au même moment l’Union Européenne étend son influence sur l’Europe de l’Est en absorbant dans ses frontières 9 pays de l’ancien bloc entre 2004 et 2007. La Russie doit donc absolument maintenir son emprise sur l’Ukraine. Pour faire pression, Moscou augmente le prix du gaz qu’elle vend à son voisin. L’Ukraine est affaiblie mais reste courtisée à l’Ouest comme à l’Est et tente de maintenir de bons rapports avec ses deux voisins. En 2013 Kiev s’apprête à signer un accord d’association pour favoriser ses échanges commerciaux avec l’Europe. Cependant, Ianoukovitch qui a finalement été élu trois ans plus tôt se retire des accords avec l’Europe et signe avec la Russie. 10 ans après la révolution orange, c’est la révolution de Maidan qui force le chef d’état à fuir le pays. En février 2014, la situation bascule aussi en Crimée. Cette région est très importante pour les Russes. Jusque dans les années 50, la péninsule appartenait entièrement à la Russie, puis elle est offerte à l’Ukraine en 1954. Quand l’Union Soviétique disparaît, c’est à l’Ukraine qu’est rattachée la Crimée, avec le statut de République autonome. En mars 2014 Moscou organise un référendum illégal du point de vue du droit international pour demander aux Criméens s’ils sont favorables au rattachement de la péninsule à la Russie. Le vote est favorable et Moscou annexe la Crimée. Dans le Donbass, les manifestants anti-maidans se transforment en milices séparatrices pro-russes causant des assauts entre les diverses régions. Les combats n’ont pas cessé depuis.

« La Russie a commencé cette guerre pour mettre fin au régime Nazi »

Les raisons pours lesquelles Vladimir Poutine a envahi l’Ukraine peuvent donc être multiples. Pour des raisons historiques, Kiev étant été au 8ème siècle le berceau de cette civilisation. Pour des raisons stratégiques, l’OTAN s’étend de plus en plus vers l’Est, Poutine craint que son noyau protecteurs constitué des pays limitrophes ne passent dans le camp occidental. Les raisons peuvent également être idéologiques, comme nous le dit Ksenia « à la télé on raconte que la Russie a commencé cette guerre pour mettre fin au régime Nazi [en Ukraine]. Soi-disant, la cause est la fusillade entre la RPD (République Populaire de Donetsk) et RPL (République Populaire de Lougansk). Tout le monde sait que c’est juste une excuse politique pour pouvoir attaquer. ». Raisons stratégiques, historiques ou idéologiques, cette invasion a de terribles répercussions sur le peuple ukrainien et russe.

Du côté russe, le peuple subit des sanctions internationales afin de dissuader les dirigeants de continuer cette guerre. Sur le plan monétaire, les banques russes ont été évincées du réseau de transactions internationales SWIFT. Les réserves de la Banque russe placées en Union Européenne ont été gelées afin de bloquer toute transaction ou rapatriement des liquidités vers la Russie. Les États-Unis ont fait de même, et les entreprises Mastercard et Visa ont bloqué leurs services de carte bancaire et de paiement aux banques russes. Ces sanctions sur l’économie russe vont entraîner, d’après les prédictions, une baisse du PIB de 2 à 3 points. Ces sanctions ont aussi un impact sur le peuple. Ksenia nous rapporte « j’avais de l’argent sur son compte eu euros, aujourd’hui on m’apprend que je ne peux pas l’utiliser. Ça me rend triste car c’est de l’argent pour lequel j’ai travaillé et en avais la nécessité pour mes différents besoins. Maintenant, je ne sais pas si je les retrouverais un jour ».

Les sanctions économiques ne sont pas les seules à frapper le pays. Le monde du sport est également affecté. La FIFA a exclu la Russie de la coupe du monde de football, le comité Olympique a décidé de bannir les sportifs russes des compétitions dans une recommandation officielle. Le comité international paralympique a quant à lui décidé d’exclure les athlètes paralympiques russes des Jeux Para d’hiver de Pékin.

Ces quelques sanctions ne représentent qu’une infime partie des action engagées afin d’asphyxier la Russie, néanmoins ces dernières « personnellement, n’atteignent pas [Ksenia] ». Face à cette crise chacun réagit différemment, d’après l’étudiante russe nous retrouvons 2 types de réactions. « Les premiers en ont marre de cette situation et attendent les futures sanctions (ou quand est-ce que tout cela s’arrêtera enfin un jour). Et les autres le crient sur tous les toits, les réseaux sociaux 24h/24 et forcent les autres à supprimer leur compte parce qu’ils ont en assez d’être sous cette pression émotionnelle en continu. Le plus important maintenant est de ne pas baisser les bras mais de mettre en avant toutes les forces pour remonter l’économie du pays. »

Face à cette guerre, de nombreuses personnes se questionnent sur l’accès à l’actualité en Russie, si nous savons que l’accès aux chaines occidentales comme la BBC a été censuré, qu’en est-il des autres médias ? Entre désinformation et guerre des informations, que savons-nous réellement de la communication en Russie ? Ksenia « est abonnée à un compte qui est politiquement neutre sur Telegram et qui publie uniquement des informations importantes à propos de la guerre sans jouer sur les émotions du peuple et sans provocation. » Pour cette dernière, « elle est certaine que ses proches ou sa famille sont trop intelligents pour écouter aveuglément les médias gouvernementaux… Ceux qui raisonnent logiquement ont besoin d’arguments logiques qu’on ne retrouve pas à la télévision. »

« 8000 arrestations ont déjà eu lieu et les concernés risquent 15 ans de prison »

« La médiatisation du conflit est l’une des causes du non-retour du conflit. Ça s’appelle la guerre des infos (si on fait attention aux informations données par les médias gouvernementaux). Si on se base sur les données d’Instagram, des influenceurs etc… Je ne comprends pas le but de tergiverser sur la situation. Parmi ces personnes, il n’y a pas de géopoliticiens ou de personne qui ont étudié le conflit sous toutes ses facettes. Pourquoi prendre part dans ce conflit ? Ces gens prennent le rôle de l’agresseur pour les personnes qui n’ont pas le même avis qu’eux alors que maintenant il faut rester soudés plus que jamais. » Certaines personnes en Russie craignent de s’exprimer redoutant les répercussions que cela engendrerait. Plus de 8000 arrestations ont déjà eu lieu et les concernés risquent 15 ans de prison pour toute expression divergeant du « récit » officiel. Néanmoins cela ne pose pas de problèmes pour Ksenia et sa famille. « Dans la famille il n’y a pas de conflit d’opinion car on possède tous une position neutre sur ce conflit. Je me répète, la situation est suffisamment oppressante dans le monde actuel, tout le monde est stressé. Il faut garder l’unité sur tous les domaines. » Les répercussions de cette guerre peuvent donc s’avérer multiples, l’une d’entre elle est l’effet que cela peut engendrer sur la santé mentale. L’étudiante nous confie que « Puisque dans la famille il n’y a pas de différends, ces conflits locaux n’atteignent pas sa santé mentale. Cependant, elle ne peut pas lire les infos plus de 30 minutes par jour sinon elle sent que son cerveau passe dans un état de stress, d’angoisse, d’incompréhension etc. »

Cette invasion en Ukraine ne se limite pas à ces quelques mots, car nous ne pourrons jamais décrire toutes les facettes de cette guerre et les émotions qui en découlent dans le cœur et l’esprit de chacun. Cette crise complexe qui engendre des répercussions sur la quasi-totalité de la planète fait ressurgir les fantômes du passé dans l’histoire des deux voisins. Les répercussions économiques, sociétales, environnementales mais également humaines sont irréversibles pour les peuples engagés dans ce conflit. Avec la volonté de nous éclairer sur la situation vécue du point de vue Russe, Ksenia nous a partagé ses ressentis et émotions face à cette crise. Ce témoignage sert d’outil à une meilleure compréhension de la vision qu’une étudiante peut avoir sur ce conflit.

Interview originale et traduite

1.           Que savez-vous sur ce qui se passe en Ukraine ?

Всем в России известно, что в Украине происходит ликвидация вооружения, чтобы заставить страну принять нейтральный статус, чтобы на Украине не смогли разместиться войска НАТО и тд. 21 февраля НАТО привели в боевую готовность ядерные боеголовки, а войска Украины начали стягиваться к Российским границам (внимание на дату! Россия пошла в наступление 24 февраля). Это моя личная информация, которую дали мне компетентные знакомые, друзья и родственники, которые работают в соотвествующих силовых структурах.

Tout le monde sait en Russie qu’en Ukraine se produit une liquidation d’armes afin de forcer le pays à prendre un statut neutre afin que les troupes de l’OTAN ne puissent pas s’installer et etc. Le 21 février, l’OTAN a mis en état d’alerte les engins nucléaires et l’armée ukrainienne a commencée à se rapprocher des frontières russes (attention à la date ! La Russie a pris les devants le 24 février). C’est ce que j’ai appris à travers mes connaissances, amis et proches qui travaillent dans des structures du pouvoir.

               2.           Que vous dit-on sur ce qui se passe ?

По телевидению говорится, что Россия начала эту войну во имя истребления нацизма. Якобы причиной является обстрел ДНР И ЛНР (все знают, что это всего-лишь политическое обоснование нападения).

A la télé on raconte que la Russie a commencé cette guerre pour mettre fin au régime nazi. Soi-disant, la cause est la fusillade entre la RPD (République Populaire de Donetsk) et RPL (République Populaire de Lougansk). Tout le monde sait que c’est juste une excuse politique pour pouvoir attaquer.

               3.           Y-a-t-il des choses qui ont changés dans votre quotidien depuis 2 semaines ? Si oui lesquelles ?

Да, кое-что в моей жизни поменялось. Это касается в первую очередь, конечно, финансов! Вчера у меня были деньги на балансе (евро), сегодня мне говорят, что я ими не могу воспользоваться) Очень обидно, ведь я их заработала самостоятельно и они мне были нужны на определённые цели, но сейчас я не знаю, получу ли я их вообще когда-либо обратно

Oui, quelque chose a changé dans ma vie. Dans un premier temps, cela concerne les finances ! Hier j’avais de l’argent sur mon compte (en euro) aujourd’hui on m’apprend que je ne peux pas les utiliser. Ça me rend triste car c’est de l’argent pour lequel j’ai travaillée et en avais besoin pour mes différents besoins. Maintenant, je ne sais pas si je les aurais un jour.

               4.           Comment ressens-tu l’impact des sanctions ?

Большинство санкций только ускоряют рост экономики РФ, я никак не ощущаю их влияние… Моя жизнь стала немного неудобнее из-за невозможности перевести евро с электронного кошелька на банковскую карту, но не более того) В любом случае станет понятнее в будущем.

Beaucoup de sanctions ne font qu’augmenter l’économie de la Russie, personnellement, elles ne m’atteignent pas…

Ma vie est devenue un peu moins confortable car je ne peux plus transférer des euros d’un compte en ligne vers ma banque traditionnelle. De toute façon, nous en verrons plus dans le futur.

               5.           Comment faites vous pour vous informer ? (Précisez les réseaux sociaux utilisés) et les parents ?

Я подписана на политически нейтральный канал в телеграмме, который выкладывает только важную информацию по теме войны, без разжигания у людей эмоций и без провокаций. Основные сведения беру от туда.

Je suis abonnée à un compte qui est politiquement neutre sur Telegram qui publie uniquement des informations importantes à propos de la guerre sans jouer sur les émotions du peuple et sans provocation. La plupart des informations, je les prends de là-bas.

               6.           Que pensez-vous de la médiatisation du conflit ?

Медиатизация конфликта – одна из неотъемлемых частей конфликта) Это называется информационная война (если мы берём во внимание государственные СМИ). Если рассуждать об инстаграмме, блогерах и дт, то я не понимаю смысла мусолить ситуацию… Среди этих людей нет политологов или тех, кто знает всю «поднаготную» конфликта. Так зачем же принимать участие в этом? Эти люди выступают в роли агрессоров для несогласных с ними, а сейчас как никогда важно жить дружно 🥺

La médiatisation du conflit est l’une des causes du non-retour du conflit. Ça s’appelle la guerre des infos (si on fait attention aux informations données par les médias gouvernementaux).

Si on se base sur les données d’Instagram, des influenceurs etc, je ne comprends pas le but de tergiverser sur la situation. Parmi ces personnes, il n’y a pas de géopoliticiens ou de personne qui ont étudié le conflit sous toutes ses facettes. Pourquoi prendre part dans ce conflit ? Ces gens prennent le rôle de l’agresseur pour les personnes qui n’ont pas le même avis qu’eux alors que maintenant il faut rester soudés plus que jamais.

               7.           Il y-a-t-il des gens que vous connaissez qui n’ont accès qu’à leur télévision ? (Vos grands parents par exemple)

Лично я таких людей не знаю, но даже если бы знала, я уверена, что мои знакомые или семья слишком умные люди, чтобы слепо верить СМИ… Всем, кто мыслит логически требуются ЛОГИЧНЫЕ аргументы, по телевизору таких не озвучивают…

Personnellement je ne connais pas ces personnes. Et même si j’en connaissais, je suis certaine que mes proches ou ma famille sont trop intelligents pour écouter aveuglément les médias gouvernementaux… Ceux qui sont rationnels ont besoin d’arguments logiques qu’on ne retrouve pas à la télévision.

               8.           Il y-a-t-il un conflit d’opinion entre vous, vous parents et vos grands-parents ?

В моей семье нет конфликтов мнений, так как мы все занимаем нейтральную позицию в этой ситуации. Повторяюсь, слишком напряжённая ситуация в мире сейчас, у всех много стресса. Необходимо сохранять единство во всём)

Dans la famille il n’y a pas de conflit d’opinion car on a tous une position neutre sur ce conflit. Je me répète, mais la situation est suffisamment oppressante dans le monde actuel, tout le monde est stressé. Il faut garder l’unité sur tous les domaines.

               9.           Comment se trouve affectée ta santé mentale au quotidien ?

Поскольку у меня в семье нет разногласий, наши локальные конфликты никак не затрагивают моё здоровье. Но в остальном, я не могу читать новости больше 30 минут в день, например. Я чувствую, как мой мозг погружается в состояние стресса, тревоги, непонимания и тд.

Puisque dans la famille il n’y a pas de différends, nos conflits locaux n’atteignent pas ma santé mentale. Par contre, je ne peux pas lire les infos plus de 30 minutes par jour sinon je sens que mon cerveau passe dans un état de stress, d’angoisse, d’incompréhension et etc.

               10.         Les gens au quotidien sont-ils à l’aise de parler de la situation ? Y-a-t-il une appréhension vis-à-vis du futur ?

Люди делятся на 2 типа: 1) Первому типу уже надоело всё происходящее, они забили хер и просто ждут новых санкций (или когда это всё уже наконец закончится); 2) А второй тип кричат об этом 24/7 в соцсетях, заставляя людей первого типа удалять свои аккаунты в социальных сетях, потому что последним уже надоела эта бесконечная эмоциональная напряжённость. В общем и целом адекватные люди понимают, что эта война надолго, и «как раньше» уже не будет. Главное сейчас не замирать, а вкладывать все усилия в то, чтобы поднять экономику страны.

Les gens se divisent en 2 types :

Les premiers en ont marre de cette situation et attendent les futures sanctions (ou se demandent si tout cela s’arrêtera enfin un jour).

Et les autres le crient sur tous les toits, les réseaux sociaux 24h/24 et forcent les autres à supprimer leur compte sur les réseaux sociaux parce qu’ils ont en marrent d’être sous cette pression émotionnelle en continue.

En gros, les gens sensés comprennent que cette guerre durera pendant longtemps et « comme avant » n’existera plus.

Le plus important maintenant c’est de ne pas baisser les bras mais mettre en avant toutes les forces pour remonter l’économie du pays.

28