COCKTAIL 101: C’est le temps de trinquer!

0x2a3455C’est dans le cœur de l’héritage montréalais que des centaines de futurs diplômés des HEC se réunissent dans l’effervescence d’une des soirées les plus excitantes de l’année. Cette année, l’évènement de réseautage, ayant pour but d’initier les étudiants de 1ère année au B.A.A. et les encourager à s’impliquer, se déroule dans l’air féérique du Vieux-Port.

 

Si l’attente prolongée de près d’une heure a fait douter certains, l’engouement pour le Cocktail 101 célébrant les cinquantes années de l’AEHEC demeure. Fruit du long labeur de plus de six mois de la vice-présidente exécutive de l’AEHEC, Céline Gemmel, l’évènement célébrant les cinquante ans d’existence de l’association se découvre devant nos yeux.

Au moment de prendre place en salle, les participants découvrent tranquillement leur destin pour la soirée. Près d’une quarantaine de tables s’offrent à eux, pourtant ce n’est pas celle remplie de leurs amis de longue date qui leur est assignée. Plutôt c’est une cohorte d’étrangers qui prend place peu à peu autour d’eux. Dans l’essence d’un véritable cocktail de réseautage, une poignée d’étudiants accompagnés de leurs confrères des associations se prépare, sans s’en douter, à passer une soirée mémorable. Sans tarder, les moments malaisants des premiers regards laissent place à une ambiance décontractée. Si le vin y est un gros facteur, le cadre nonchalant du cocktail invite ses participants à se bombarder de questions. Très bientôt, les questions typiques du «small talk» deviennent des devinettes aux aventures osées de l’expérience de la Nightlife d’HEC.

À peine commençons nous à découvrir nos affinités, nous sommes interrompus par une voix rassurante qui nous prompt au silence. Dans un éloquent discours d’ouverture, Céline Gemmel, organisatrice de la soirée, brise la glace. Partageant sa passion pour la vie étudiante, Céline gagne le cœur de son auditoire en relatant son parcours pour le moins impliqué aux HEC. Battue par l’impatience de la foule affamée, elle cède le micro pour un temps, histoire de laisser les participants se délecter du véritable chef-d’œuvre de la soirée. Un plat d’Orzo garni d’herbes fraîches, de rapini et de tomates suivi d’une volaille juteuse avec sauce… Je m’emporte.

Toutefois, le succès de la soirée reposait sans équivoque sur les invités primés de la soirée. Benjamin Goldfarb,  la recrue de Prépa tombé amoureux de sa terre d’accueil, explique comment la vie sociale d’HEC l’a ancré dans la ville de Montréal. Très vite, le thème de la soirée devient bien apparent; motiver la cohorte encore pure et innocente de jeunes étudiants à se salir les mains et sauter dans la vie étudiante par le biais des assos! Si cet aspect de la soirée ne convient pas aux plus perplexes, pour la plupart oublieux de ce qui se produit outre leur discussion enflammé, la réputation des deux entrepreneurs derrière la Startup Give-a-Seat  éveille une curiosité grandissante dans le public. Grâce à l’union de Theo Corboliou et Guillaume Campeau, deux colocataires activement impliqués dans le monde associatif des HEC, l’un nommé président de l’année par l’AEHEC et l’autre rayonnant à travers la JET (Jeunesse entrepreneuriale).

Avec la barre placée aussi haute, il faut que Jonathan Brown, directeur du Carrefour Jeunesse-Emploi Ahuntsic-Cartierville et gestionnaire de projets chez Bombardier, éblouisse son public.  Si certains tentent difficilement de voir une conclusion aux analogies farfelues de l’Alumni, la majorité des occupants de la salle sont aspirés dans leur conversation avec leur pair. Dans la foulée de l’arrivée des desserts, un petit mot du président du CSL, Alexandre Harne, nous rappelle la semaine humanitaire à venir. Toutefois, l’attention commence à se perdre et les esprits réchauffés par l’alcool s’entrechoquent déjà aux tables.

Alors qu’a priori, il me semblait déplorable que les conférenciers voient leur auditoire inattentif, il semble qu’un certain réconfort se cache dans la situation.Tandis que l’objectif des organisateurs (convaincre leur auditoire à joindre les multiples associations aux HEC) a connu un succès mitigé, l’optique beaucoup plus apparente visant à permettre  aux étudiants de tisser des liens intemporels entre eux fût un véritable succès. Maintenant, pour ce qui est de l’After-party au Peopl… les souvenirs demeurent vagues.

Catégories: AEHEC,Événements,HEC Montréal

Tags: ,,,