Bitcoin : l’or 2.0

Tu as déjà entendu parler du Bitcoin ou des cryptomonnaies ? Tu crois que c’est une grosse bulle spéculative ? Ton journal L’Intérêt a enquêté pour toi !

Avec une capitalisation boursière d’environ 243 milliards de dollars US et un volume en 24 heures de 128 milliards de dollars US, on peut voir que ce marché est bien en vie!

Un cas d’actualité

Des taux d’intérêts négatifs sur un compte d’épargne ou sur le financement d’un investissement en immobilier. Une déclaration plutôt atypique, non ? En effet, cette polémique est bien réelle en Allemagne : « La Volksbank Raiffeisenbank de la ville de Fürstenfeldbruck, près de Munich, prélève un taux de – 0,5% dès un avoir de 0,01 euro sur tout compte d’épargne au jour le jour […] » (Journal de Montréal, 2019). La liste de cas similaires est longue. Dans cette optique, sans être alarmant, certains pourraient croire que la science économique et les finances telles que nous les connaissons aujourd’hui auraient besoin de nouvelles théories pour se renouveler avec les problématiques mondiales du 21e siècle. On peut penser à l’inflation phénoménale qui fait baisser continuellement le pouvoir d’achat du dollar américain. D’ailleurs, l’économiste britanno-autrichien Friedrich A. Hayek (Prix Nobel d’économie en 1974) soulignait que la cause de la perte du pouvoir d’achat provient des monopoles (des gouvernements ou institutions financières) d’émission monétaire. En bref, sans entrer dans les détails, le nobéliste stipulait que la solution face aux maux financiers et monétaires actuels se trouve dans une compétition libre de l’offre des monnaies, car cette compétitivité permet d’obtenir les meilleurs gains et rendements (contrairement aux monopoles).

Bitcoin : leader des monnaies digitales

C’est ainsi que les technologies financières comme la Blockchain et les cryptomonnaies (monnaies numériques) apportent un vent nouveau au monde financier actuel.

Fun Fact : L’idée même de monnaies décentralisées est un peu plus vieille que tu penses! En effet, le journal The Economist avait publié en 1988 cette revue très en avant pour son temps :

Ensuite, le Bitcoin, soit la cryptomonnaie la plus capitalisée et populaire sur le marché, est très prometteuse par rapport à l’économie monétaire. Le Bitcoin a le potentiel de devenir notamment l’or 2.0, soit une valeur refuge mondiale sans frontière en fonction de la libre compétition. Cet actif numérique possède des caractéristiques uniques et avantageuses : une quantité maximale de 21 millions (max supply); un fonctionnement basé sur la Blockchain Bitcoin assurant une très grande sécurité, transparence et accessibilité; l’élimination d’intermédiaires et de forces centrales telles que les banques et gouvernements. Par conséquent, avec l’anticipation d’une demande grandissante et d’une offre fixe, le Bitcoin est susceptible d’apprécier. Contrairement à l’or où sa quantité extractible maximale reste inconnue, le Bitcoin (BTC) a été créé de manière à ce que les 21 millions BTC aillent un taux de génération de plus en plus difficile (Bitcoin Halving). Aussi, il est clair, net et précis que payer avec des bitcoins est plus pratique et réaliste que de l’or. D’ailleurs, la problématique de la volatilité se réglera potentiellement par deux facteurs principaux : l’augmentation de la difficulté des algorithmiques de confirmation du Bitcoin ainsi que la hausse de la demande visant une stabilité améliorée.

L’or digital est bien réel, puisqu’il est appelé Bitcoin (BTC). Tout est maintenant une question de temps, d’adoption, de législation et de maturité du marché.

La révolution digitale est en marche! À titre de comparaison, Uber rend n’importe qui un taxi, Airbnb rend n’importe qui un hôtel et, aujourd’hui, Bitcoin rend n’importe qui une banque!

Contrainte & solution

Cependant, comment cet actif numérique peut être utilisé dans le marché corporatif par les entreprises et par le grand public ?

Même si le Bitcoin est accepté par un nombre croissant de commerçants à travers le monde, le temps de traitement à partir duquel la fraction de BTC envoyée d’un portefeuille digital à un autre varie énormément. Par exemple, plus un utilisateur accepte de payer des frais de transactions élevés, plus sa transaction sera traitée rapidement. Le cas inverse s’applique aussi.

Il faut alors souligner la problématique des transactions instantanées de l’état pur du Bitcoin.

Heureusement, chaque problème possède sa solution. Dans ce cas présent, la solution s’agit du Lightning Network. Il est à noter que ce protocole supplémentaire au Bitcoin présente des statistiques et rendements plus performants que ceux du réseau Visa ou MasterCard. Le taux transactionnel comparé aux géants de l’industrie est moindre par exemple. On réalise ainsi le grand intérêt d’ajouter ce protocole à l’utilisation du Bitcoin, car le consommateur et le marchand sont gagnants et ils pourront effectuer des micropaiements.

Envoyer l’argent comme un texto

Pour aller plus loin, il existe d’autres entreprises basées sur la technologie Blockchain visant à régler des problèmes financiers actuels.

Par exemple, dans le domaine du système de traitement transactionnel, la compagnie Ripple de San Fransico a créé l’actif numérique XRP et la Blockchain RippleNet. Leur solution consiste en un réseau en ligne pour les banques et institutions financières qui permet d’envoyer de l’argent (à l’échelle de millions et milliards) dans le monde entier.

L’innovation et les avantages majeurs se trouvent dans la rapidité des transactions qui est estimée entre trois à cinq secondes et dans le coût quasi inexistant des frais de transactions. En effet, Ripple promet des économies variant de 40% à 60%. Finalement, le canal de transfert est ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par année. En conclusion, on réalise comment cette solution très prometteuse devient un rival considérable face au géant Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (SWIFT) fournissant leur solution à plus de 10 800 institutions répartis dans plus de 205 pays.

Pour conclure, la lucidité de la citation de 1999 de l’économiste américain Milton Friedman, ayant obtenu le Prix Nobel d’économie en 1976, peut bien nous faire sourire, car il avait stipulé : « I think the internet is going to be one of the major forces for reducing the role of government. The one thing that’s missing but that will soon be developed, is a reliable e-cash. »

On peut réaliser que, neuf ans plus tard, le Bitcoin était créé par le mystérieux Satoshi Nakamoto.

Si tu as apprécié le sujet et que tu veux en savoir plus, rejoints le Comité Blockchain sur Facebook! Il y aura deux événements organisés et un nouveau recrutement durant ce trimestre HIVER 2020, donc reste à l’affut des nouvelles : https://www.facebook.com/comiteblockchain/

ATTENTION : le marché des cryptomonnaies reste très volatile. Il faut impérativement investir un montant que tu es prêt à perdre. Finalement, il est aussi très important de faire des recherches minutieuses sur les projets avant d’investir.

12

1 commentaire pour “Bitcoin : l’or 2.0”

Les commentaires sont fermés.